Entretien avec Farouk Mehdaoui, nouveau secrétaire national de la jeunesse de la FGD.

Farouk Mehdaoui : "Notre mission est de promouvoir un Maroc progressiste et inclusif"

Élu secrétaire national de la jeunesse du parti de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), Farouk Mehdaoui allie sa pratique juridique à son rôle de conseiller municipal à Rabat pour essayer d’insuffler un élan renouvelé à la gauche.


Votre élection marque un tournant pour la jeunesse du FJD. Qu’est-ce que ça change concrètement pour vous et pour le parti ?
Cette élection n’est pas seulement une reconnaissance personnelle, mais surtout le fruit du travail collectif et de l’engagement de tous les membres du parti en faveur de nos idées progressistes et de notre vision commune de l’avenir du Maroc. Elle témoigne de notre détermination à faire entendre la voix des jeunes dans le processus politique et à oeuvrer ensemble pour un changement positif dans notre société.

Quelle est la feuille de route que vous envisagez pour impliquer davantage la jeunesse dans les activités du parti ?
Nous visons à créer un espace inclusif et dynamique où les jeunes peuvent pleinement participer à la vie politique et contribuer à façonner l’avenir du pays. Notre priorité est de créer un espace où les jeunes se sentent vraiment partie prenante du processus politique. Nous allons introduire des programmes qui répondent directement à leurs besoins et aspirations, en mettant l’accent sur l’éducation civique, l’engagement social et le leadership. Attendez-vous à voir plus d’initiatives sur le terrain, des campagnes de sensibilisation plus ciblées et l’utilisation innovante des technologies pour mieux engager la jeunesse. Notre objectif est de transformer l’intérêt politique en action concrète.

Face à une jeunesse parfois sceptique ou éloignée de la politique, comment comptez-vous renouveler leur intérêt et leur confiance dans l’action politique ?
On doit d’abord reconnaître et comprendre leur scepticisme. Ensuite, notre stratégie est de les rencontrer là où ils sont, tant physiquement que virtuellement, pour établir un dialogue ouvert et honnête, dans une approche résolument inclusive et participative. Nous planifions des sessions d’écoute, des forums de discussion en ligne et sur le terrain, pour démontrer que la politique touche directement leur vie quotidienne. En leur montrant des exemples concrets de ce que peut accomplir une action politique bien orientée, nous espérons raviver leur intérêt et leur engagement.

Le retrait du Parti socialiste unifié de la coalition en 2021 a-t-il eu un impact sur la stratégie ou les objectifs de la FGD ?
Cet événement nous a certainement fait réfléchir sur notre positionnement mais l’essence de nos objectifs reste inchangée. Cela n’a pas altéré notre détermination à poursuivre notre mission de défendre les intérêts des citoyens, en particulier des jeunes. Nous restons concentrés sur notre mission de promouvoir un Maroc progressiste et inclusif, en adaptant nos stratégies pour rester pertinents et efficaces.

Face à la diminution de l’influence de la gauche, quel rôle attribuez-vous à la FGD dans l’actuel paysage politique marocain ?
Le contexte actuel n’est pas un frein, mais un appel à l’action. La FGD, et en particulier sa jeunesse, est plus déterminée que jamais à se battre pour nos valeurs de justice sociale, d’égalité et de progrès. Nous sommes le renouveau de la gauche, porteurs d’espoir et d’innovation. Notre rôle est de montrer par l’exemple que les idéaux progressistes ont le pouvoir de transformer la société pour le mieux, en s’attaquant aux racines des inégalités et en oeuvrant pour un Maroc plus juste pour tous.

Articles similaires