Fabrication de vaccin Anti-Covid au Maroc: Moncef Slaoui tend la main au gouvernement

D’après l’ex-conseiller scientifique de la Maison Blanche, ce genre de projet «demande une une technicité très avancée et très complexe» qui apporteront des bénéfices significatifs au Maroc.

Mettre son expérience au service de son pays, c’est le souhait du Dr. Moncef Slaoui. Après avoir piloté avec succès l’opération «Warp Speed», lancée par l’administration de Donald Trump pour trouver des vaccins anti-Covid en un temps record, l’expert marocain se dit prêt à aider son pays natal dans la fabrication de vaccins, dans la mesure de ses capacités.

«Les domaines dans lesquels je suis expérimenté et performant sont des domaines de très haute technologie, donc de recherche et de développement et d’entreprises nécessitant une technicité très complexe et de très haut niveau. (…) Si l’on me demandait d’aider à former des techniciens de haut niveau qui pourraient fabriquer le vaccin, le produit lui-même, là oui! Je serais prêt à le faire!», affirme-t-il dans une interview accordée à BM Magazine.

D’après l’ex-conseiller scientifique de la Maison Blanche, ce genre de projet «demande une complexité et une technicité très avancée » qui apporteront des bénéfices significatifs au Maroc. «Ce serait une première étape vers l’acquisition de connaissances et de techniciens qui pourraient ensuite non seulement développer le vaccin mais faire des découvertes dans d’autres pays et conduire à faire de la recherche». Sa contribution dans ce programme pourrait s’étaler sur, «une ou deux décennies», avec l’implication de son réseau dans le domaine académique ainsi que des centres de recherches.

Toutefois, précise-t-il, «Je suis totalement disposé à aider si la demande correspond à un domaine où je peux apporter de la valeur ajoutée et où il n’y aurait pas d’interférence politique ou une bureaucratie excessive».

Implication de son réseau
L’immunologiste a également abordé la campagne de vaccination lancée par le gouvernement, notamment les vaccins choisis par le Comité scientifique. Une stratégie jugée efficace «J’ai pu constater qu’au mois de février dernier, le Maroc était bien placé en termes de pénétration du vaccin», constate Dr. Slaoui, non sans indiquer qu’il n’a pas été sollicité par les autorités marocaines, lors de son mandat avec Washington, pour la fabrication ou l’approvisionnement de vaccins anti-Covid19, à l’instar de Moderna, produit de l’opération Warp Speed. «J’ai été approché par deux ou trois entreprises marocaines d’emballages de vaccins», révèle-t-il.

Le scientifique marocain a par ailleurs évoqué les péripéties qui ont jalonné la fin de sa collaboration avec l’administration américaine, dans le cadre ce programme sanitaire. Une aventure qui «a été extraordinaire, mais sa fin décevante». A l’en croire, l’équipe de Biden a voulu faire table rase sur cette opération qui a connu un franc succès. «Par tous les moyens, les partisans de Biden ont voulu faire croire que tout était mauvais.

Il fallait pour cela écarter toutes les personnes qui ont participé à l’opération, les personnes les plus visibles et les plus exposées. Moi j’étais le leader technique et scientifique de l’opération », explique l’expert. «Si je devais le refaire, je ne réfléchirais pas un seul instant. Je le referais! Le plus important est de mettre mon expertise et mon énergie à la disposition du monde pour essayer de résoudre cette pandémie absolument inédite», martèle-t-il