L’EXPORT À LA PEINE

INDICATEURS DES ÉCHANGES EXTÉRIEURS DE L’OFFICE DES CHANGES

La crise du Covid-19 et les mesures de l’état d’urgence sanitaire ont dramatiquement impacté les échanges extérieurs du Maroc

Les statistiques des échanges extérieurs à fin avril, publiées par l’Office des changes, que dirige Hassan Boulknadel, montrent une chute de 19,7% des exportations, soit pas moins de 20 milliards de dirhams en moins. Les importations ont baissé au même rythme: -21,3 milliards de dirhams, soit une baisse de -12,6%. En effet, sur le seul mois d’avril, la chute est vertigineuse: -47,2% pour les exportations (-12 milliards de dirhams) et -33% pour les importations (-15 milliards). Le déficit de la balance commerciale ne s’est pas fortement dégradé: -67,5 milliards de dirhams à fin avril, soit 1,3 milliard de plus. Mais en comptant la dégradation des recettes voyages, des transferts des MRE et des IDE, l’impact sur la balance des paiements est considérable. Hormis les phosphates, dont les ventes se sont stabilisées, le manque à gagner touche de plein fouet tous les grands secteurs exportateurs, notamment l’automobile, l’aéronautique, le textile et cuir, les activités minières, l’agriculture et agro-industrie, l’électronique et l’électricité.

Arrêt des investissements
Lesquels ont subi non seulement les contrecoups de la demande mondiale mais aussi la rupture des chaines logistiques. Sans oublier l’arrêt de plusieurs activités au Maroc. L’export automobile a chuté de 39%, ou 11 milliards de dirhams, à fin avril, le textile de 28% (-3,6 milliards), l’aéronautique de 34% (-1,9 milliard) et l’agriculture et agroalimentaire de 7% (-1,8 milliard). De même, côté importations, et hormis les céréales, toutes les rubriques affichent des baisses considérables en raison de l’arrêt des investissements et des activités économiques et de la chute de la consommation. L’import de biens d’équipements s’est effondré de 18% (-7,8 milliards de dirhams), de produits énergétiques de 22% (-5,7 milliards de dirhams), de produits finis de consommation de 15% (-5,4 milliards de dirhams), et de demi produits de 12% (-4,4 milliards de dirhams).

En plus du manque à gagner en devises, les recettes de voyages ont chuté de 13% ou de 3 milliards de dirhams pour s’établir à 20 milliard de dirhams. Sur le seul mois d’avril 2020, les recettes ont atteint 3,1 milliards, en chute de 51%. Sur un autre plan, les dépenses de voyages des Marocains à l’étranger ont quasiment cessé en avril 2020. En effet, sur les 4 premiers mois de l’année, elles ont baissé de 30%, soit l’équivalent de 2 milliards de dirhams pour s’établir à 4,6 milliards de dirhams.

Pour leur part, les transferts des MRE affichent un recul de 10% à fin avril (-2 milliards de dirhams). Ils s’établissent à 18,5 milliards de dirhams. Sur le seul mois d’avril, ils ont baissé de pas moins de 25%. Enfin, le flux net des IDE a chuté de 17% à fin avril, soit 1 milliard de dirhams de baisse (un flux de 5,3 milliards). Un obstacle de plus pour faire redémarrer la machine économique.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger