Quand l'export tire son épingle du jeu

CAMPAGNE AGRICOLE 2019-2020 ET PRÉPARATIFS POUR 2020-2021

La poursuite de l'activité agricole dans le cadre du Plan Maroc vert a permis de préserver l'activité d'exportation, qui a réalisé des résultats positifs à l'aune des circonstances exceptionnelles actuelles.

Bien que le démarrage de la nouvelle campagne agricole intervienne dans un contexte marqué par le stress hydrique, Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, n’en a pas moins tenu, le lundi 12 octobre 2020, devant la Chambre des représentants, un discours rassurant sur la saison agricole qui démarre. «Nous sommes prêts à donner le coup d’envoi de la nouvelle campagne agricole. Toutes ses composantes sont disponibles pour que la saison soit meilleure. Nous espérons que le scénario soit complété par des pluies bienfaitrices qui puissent compenser les insuffisances de ces dernières années», souligne-t-il avec force lors de cette première séance des questions orales.

Autosuffisance en céréales
Il a également tenu à rassurer les agriculteurs quant à la disponibilité des semences, notamment en faisant observer que la campagne agricole actuelle s'accompagnera de quantités abondantes de semences sélectionnées, malgré les contraintes climatiques défavorables qu'a connues le Maroc au cours de la campagne agricole précédente. Il a ensuite évoqué l'état rassurant du rythme de mise en oeuvre du programme prévu pour cette saison afin de garantir l'approvisionnement des points de vente en quantités suffisantes à même de répondre aux besoins des agriculteurs en semences. Les semences sont disponibles en quantités suffisantes, affirme le ministre de l’agriculture, pour qui «le stock atteint 1,6 million de quintaux, dont 1,5 million chez Sonacos et 100.000 quintaux chez le privé. Pour le prix, la décision est en cours de signature». En attendant, dans les régions précoces, 311.000 quintaux ont été distribués.

Pas moins de 270 points de vente, dont la moitié appartiennent à des distributeurs privés, ont été approvisionnés, en plus de 15 centres régionaux de Sonacos. D’ailleurs, le retard des pluies ne le perturbe pas outre mesure. Car notre ministre a plus que jamais «confiance dans les agriculteurs, qui parviennent à semer 1 million d’hectares en une seule semaine. Donc, en 4 ou 5 semaines, ils sont capables de couvrir le programme général, la mécanisation aidant», observe-t-il. Lors de cette séance, Aziz Akhannouch n’a pas manqué de souligner, également, que le Royaume tient plus que jamais à son autosuffisance en céréales en collectant en moyenne annuelle pas moins de 75 millions de quintaux, et ce depuis le lancement du Plan Maroc vert. Certes, dit-il, cette année, la récolte a été plus modeste puisque la collecte des céréales n’a pas dépassé les 30 millions de quintaux. En partie pour cause de déficit en pluviométrie.

Circonstances exceptionnelles
Par ailleurs, le ministre est déterminé à renforcer l’intégration de l’agriculture marocaine sur le marché international. Cette action est accompagnée par une amélioration de la compétitivité. Ce n’est pas pour rien que la valeur des exportations agricoles a augmenté de plus de 2,5 fois entre 2008, début du Plan Maroc vert, et 2018, pour atteindre 36 milliards de DH. En 2020, elle s’élève à plus de 39 milliards de DH. De même, les revenus des agriculteurs se sont améliorés de 66%.

Ainsi, et en faisant le bilan de la campagne précédente, le ministre de l’agriculture n’a pas manqué de souligner que l’export des produits alimentaires agricoles a tiré son épingle du jeu au cours de la campagne 2019-2020. Chiffres à l’appui puisque, dit-il, «la valeur des exportations des produits alimentaires agricoles a totalisé 39,5 milliards de dirhams pour la campagne agricole 2019-2020, soit une hausse de 8% par rapport à l'année 2018 et de 130% par rapport à l'année 2010» . La poursuite de l'activité agricole dans les différentes unités de conditionnement et de transformation a permis, souligne t-il, de préserver l'activité d'exportation, qui a réalisé des résultats positifs à l'aune de ces circonstances exceptionnelles actuelles.

À commencer par les exportations aussi bien des légumes (et à leur tête les tomates) que des agrumes en passant par les fruits rouges et les pastèques.

Volume d’exportation
Concernant tout d’abord les légumes, le ministre a fait savoir qu'elles «ont enregistré un volume de 1 million et 416 mille tonnes au cours de la saison 2019-2020, réalisant une hausse de 12% par rapport à la saison 2018-2019 (1 million et 266 mille tonnes), tandis que les exportations des tomates ont connu une progression de 5%, passant de 539 mille tonnes en 2018- 2019, à 567 mille tonnes au cours de la campagne 2019-2020». Quant aux fruits rouges, le ministre de l’agriculture a indiqué que «le volume des exportations des fruits frais a atteint environ 89 mille tonnes, en hausse de 22% par rapport à la saison 2018-2019 (73 mille tonnes), ajoutant que le volume d'exportation de la pastèque rouge s'est élevé à 241 mille tonnes au cours de la saison 2019-2020, contre 168 mille tonne en 2018-2019, soit une hausse de 44%».

Par ailleurs, il est prévu, dit-il, que «les agrumes réalisent une augmentation de 29% par rapport à la campagne précédente », dans la mesure où l'augmentation de la production des nouveaux plants d'agrumes a permis, dans le cadre du Plan Maroc Vert, d'accroitre la production au cours de cette campagne. De ce fait, les exportations d'agrumes devraient enregistrer de nouveaux horizons sur les marchés mondiaux, eu égard à l'offre relativement limitée des concurrents principaux du Royaume, a-t-il ajouté.

Selon le ministre, cette tendance favorable de l’export des produits alimentaires agricoles ne va pas se limiter à la campagne 2019-2020, mais qu’elle a toutes les chances de continuer, puisqu’il «est prévu que le volume de exportations de ces produits réalise une hausse de 10% au cours de la saison agricole 2020-2021». Saison au cours de laquelle les dattes devraient connaître, elles aussi, une production record, avec une hausse de 4% par rapport à la campagne précédente, à la faveur notamment de l'impact positif des conditions climatiques.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger