Experts et membres du comité scientifique pour la réouverture des frontières

L'appel de la raison

Certains membres du Comité scientifique, organe consultatif au service du ministère de la Santé en cette période de pandémie, plaident pour la réouverture des frontières nationales et disent que la situation actuelle est injustifiée.

Prolonger la fermeture des frontières au-delà du 31 janvier 2022, suite à l’apparition du variant Omicron, n’est plus justifié. C’est ce que clament haut et fort des membres du Comité scientifique et des experts au Maroc. Sur leurs pages Facebook ou dans des déclarations médiatiques, ils plaident pour une réouverture des frontières pour les personnes vaccinées.

Le directeur du laboratoire de biotechnologie de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat et membre du Comité scientifique national pour le Covid-19, Azeddine Ibrahimi a estimé qu’il est temps d’«arrêter d’analyser le nombre d’infections pour se concentrer sur la gravité de la maladie et ses indicateurs et surveiller les symptômes». «Les Marocains aujourd’hui se demandent: N’est-il pas temps d’ouvrir les frontières? Il faut d’abord souligner que la raison de la fermeture n’a jamais été d’empêcher Omicron d’atteindre le Maroc, mais de ralentir de manière proactive l’arrivée du variant afin que nous puissions connaître toutes ses caractéristiques et nous préparer à l’affronter. La fermeture a été décidée pour gagner du temps.», a ajouté Pr Ibrahimi.

Données scientifiques
L’expert a ajouté que «l’entrée de voyageurs, avec les conditions sanitaires précédemment établies par le Maroc, ne présente plus un risque épidémiologique plus important». Même son de cloche chez le docteur Tayeb Hamdi, médecin généraliste et chercheur en systèmes et politiques de santé, qui a affirmé, samedi 15 janvier 2021, que «l’accès au territoire national de citoyens marocains ou d’étrangers complètement vaccinés et munis d’une attestation PCR négative, est moins risqué sur le plan épidémiologique que le comportement de personnes non vaccinées ou qui le sont incomplètement, qui n’adhèrent pas aux mesures préventives, qui se rassemblent dans des cafés et des rassemblements publics ou privés, ou qui présentent des symptômes et ne font pas de tests, et qui sont positives ou contacts et ne respectent pas la durée et les conditions de l’isolement».

Il conclut en disant qu’il «serait souhaitable d’envisager l’ouverture des frontières conformément à notre approche marocaine réussie, proactive et anticipative basée sur la prise de décisions basées sur les données scientifiques pour protéger les citoyens et protéger le Maroc avec le moins possible d’impact et de conséquences et dommages sociaux, psychologiques, éducatifs et économique. »

Cet appel d’experts et membres du Comité scientifique à la réouverture contrôlée des frontières est fondé sur des arguments scientifiques valables, d’autant plus que cette décision de fermer définitivement les frontières cause des dégâts incommensurables à l’économie nationale qui n’arrive pas à sortir la tête de l’eau.