Exclu MH : Open Society Foundations s'exprime sur ses liens avec le GADEM


Comme nous le soulignions dans notre numéro du 1er décembre 2023, elles sont de plus en plus nombreuses les voix qui pointent du doigt les liens qu'entretient le Groupe antiraciste de défense et d'accompagnement des étrangers et migrants (GADEM) avec le réseau Open Society Foundations (OSF) fondé par le milliardaire américain d'origine hongroise George Soros, à la lumière des propositions faites par l'ONG marocaine en faveur de la dépénalisation de l’entrée, du séjour et de l’émigration irréguliers ainsi que de la facilitation de l’obtention et du renouvellement d’un titre de séjour. Avec une subvention de 24 mois qui avait démarré en juillet 2020 de l'ordre de 200.000 dollars, OSF fait ainsi partie des principaux contributeurs financiers du GADEM, comme le mettait en avant notre article en citant le propre rapport moral 2021 de ce dernier.

Joint initialement par nos soins pour les besoins de notre article, OSF a finalement répondu à certaines questions que nous avions fait parvenir à leur chargée de communication pour la région MENA, tout en en éludant d'autres. Telles avaient été les questions que nous lui avions envoyées :

- Quels sont les chiffres de vos activités au Maroc ? Pouvez-vous nous communiquer la liste des ONG marocaines que vous financez ?

- Vous êtes souvent accusé de promouvoir un programme pro-migration contraire aux intérêts des pays. Avez-vous des commentaires à faire à ce propos ?

- Quelles sont les priorités de votre engagement au Maroc ?

- Est-il vrai que vous redoutez que les autorités marocaines mettent un terme à vos activités, comme cela s'est passé dans d'autres pays de la région MENA ? Comment décririez-vous votre relation avec Rabat ?

- Est-ce dans le contexte de racisme que subissent certaines minorités au Maroc que vous avez établi votre partenariat avec le GADEM, ou y a-t-il d’autres domaines que vous souhaitez prioriser ?

- Enfin, seriez-vous d'accord pour dire qu'une partie de votre engagement au Maroc et dans d'autres pays de la région a un caractère politique ?

En premier lieu, un porte-parole d'OSF nous a affirmé que « Open Society Foundations sout[enait] des partenaires du monde entier qui partagent [ses] valeurs de justice, de gouvernance démocratique et de droits de l’Homme ». « Cela inclut des groupes qui travaillent sur un large éventail de questions affectant la sécurité et le bien-être des migrants, des réfugiés et des demandeurs d'asile », a-t-il poursuivi.

Ensuite le réseau a précisé qu'il n’avait pas de bureaux au Maroc, ce qui avant sans doute pour intention de répondre à la question de savoir s'il n'y avait pas menace à l'encontre de leurs activités dans le pays. A ce propos, voici ce que nous a indiqué le porte-parole d'OSF : « Nous apportons notre soutien aux partenaires qui partagent notre vision sur des questions telles que l’amélioration de l’éducation et des droits sociaux et économiques. Ces organisations travaillent de manière indépendante sur la base de leur expertise locale et des évaluations des besoins qu'elles identifient sur le terrain ».

Dans le même sillage, le porte-parole d'OSF a, en outre, déclaré que le réseau « entret[enait] de bonnes relations avec les autorités marocaines et [son] travail est mené dans le cadre légal et réglementaire du pays. »

Confirmant, enfin, que le GADEM fait partie de ses « bénéficiaires », OSF nous a prié de « le contacter directement pour toute question spécifique sur leur travail ».

OSF a aussi partagé avec nous deux liens pour un aperçu de son travail dans la région MENA, y compris au Maroc (https://www.opensocietyfoundations.org/newsroom/the-open-society-foundations-in-the-middle-east-and-north-africa) et pour en savoir plus sur son travail dans le domaine de la migration et de l’asile (https://www.opensocietyfoundations.org/voices/topics/migration-and-asylum)

Mais que cherche exactement OSF à travers son partenariat avec le GADEM ? Quels sont ses priorités de travail avec lui ? S'il réfute implicitement avoir inspiré ses dernières revendications - ce qu'on comprend quand il souligne l'indépendance des ONG avec lesquelles il travaille -, les soutient-il néanmoins ? Croit-il que le Maroc doive devenir une terre d'asile pour les migrants ? Enfin, pourquoi OSF refuse-t-il de donner les chiffres exacts de son engagement au Maroc ainsi que les noms des ONG autres que le GADEM qu'il finance, du moment que ses données sont censées être publiques ? Et pourquoi, par ailleurs, refuse-t-il aussi de réagir quand Maroc Hebdo a posé la question sur le caractère « politique » de sa présence au Maroc et dans d'autres pays de la région ?

OSF est bien évidemment libre à tout moment de pouvoir apporter ses éclaircissement et précisions.

Lire aussi

Articles similaires