Comment évoluer vers une économie sans cash

NAPS présente le bilan de son activité sur la dématérialisation du cash

Au Maroc, le cash en circulation a été estimé à fin décembre 2020 à 300 milliards de dirhams, soit 50 milliards de dirhams de plus et une évolution de 20% par rapport à 2019. La société NAPS, fondée en 2017, apporte des solutions technologiques innovantes pour progresser vers une économie sans cash.

Le processus de dématérialisation financière ne cesse de se renforcer dans l’économie marocaine. Après la dématérialisation qui a touché les titres boursiers à travers la mise en place de Maroclear dans le cadre de la réforme financière de la fin des années 90, la dématérialisation du cash commence actuellement à faire son chemin. Si l’activité est encore balbutiante à cause d’une faible inclusion financière, en raison notamment d’une bancarisation poussive de la population marocaine, les experts pensent qu’elle a néanmoins des chances importantes pour se développer sous l’effet de l’usage de plus en plus important des nouvelles technologies.

Parmi les sociétés marocaines qui s’activent dans ce domaine, il y NAPS, qui vient de faire le point sur son activité depuis son démarrage en 2017. Se présentant comme le leader marocain de la dématérialisation du cash et de l’e-paiement, la start-up technologique annonce renforcer son offre pour ainsi opérer un grand tournant dans les modes de paiement dans notre pays. Son ambition, sa mission et sa vision pour un Maroc sans cash ont été présentées par Hassan Ghellab, directeur général de NAPS, lors d’une conférence de presse tenue le mardi 2 novembre à Casablanca.

Au Maroc, le cash en circulation a été estimé à fin décembre 2020 à 300 milliards de dirhams, soit 50 milliards de dirhams de plus et une évolution de 20% par rapport à 2019. Historiquement, cette augmentation fiduciaire annuelle oscillait entre 10 et 20 milliards de dirhams seulement. Parallèlement à cela, les transactions par carte sont en hausse: 89% des volumes correspondent à des retraits, le paiement par carte ne représentant que 11%.

Leader marocain de l’e-paiement
Depuis 2017, NAPS se développe en adressant l’écosystème des paiements dans sa globalité. D’une part, NAPS tente d’innover pour offrir aux Marocains de nouvelles possibilités de disposer de moyens de paiement accessibles, innovants et utiles au quotidien. D’autre part, elle affirme oeuvrer en tant qu’acquéreur monétique pour élargir l’acceptation des moyens de paiement électronique à travers tous les secteurs et dans toutes les régions du Maroc. L’offre répond en effet aux besoins d’acquisition des TPE, de solutions e-commerce destinées aux commerçants, de cartes de paiement destinées aux particuliers, aux entreprises, aux écoles et même aux villes.

Forte de cette conviction, NAPS oeuvre pour la transition des habitudes de consommation et de paiement via la mise en place de services innovants, accessibles et inclusifs pour tous les Marocains. Avec une offre simple et inclusive, l’acteur s’est associé à des opérateurs de renom dans des secteurs de service public, le commerce de proximité, la micro-finance, l’éducation, l’e-Gov, les transports publics et le tourisme.

Il s’agit notamment de WeCasablanca, Tramway Rabat-Salé, la Lydec, l’Université Mohammed VI Polytechnique et d’autres établissements scolaires. Une percée qui peut être considérée comme non négligeable dans une économie encore rongée par l’usage excessif du cash.