Bienvenus en Europe aux porteurs du pass vaccinal marocain sauf les Marocains!

LA DOUBLE HUMILIATION

Tout le monde, vacciné au Maroc avec l’argent du contribuable marocain, est le bienvenu dans l’espace Schengen. Sauf le maudit contribuable lui-même!

C’est finalement la montagne qui a accouché d’une souris! Depuis le mois de mai 2021 que durent et se multiplient les réunions au siège du ministère de l’Intérieur à Rabat du Comité mixte Maroc-Commission européenne, composé, du côté marocain, principalement des départements des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, de l’Intérieur et de la Santé, pour traiter de l’interopérabilité et la reconnaissance mutuelle des certificats de vaccination ou du pass vaccinal marocain et européen, l’annonce des résultats de cette coopération est tombée le 15 septembre 2021.

Et quelle annonce! Publiée au journal officiel de l’Union européenne le 15 septembre 2021, la Commission européenne a pris la décision de reconnaitre le pass vaccinal émis au Maroc, autorisant les bénéficiaires de la campagne de vaccination marocaine, à circuler sans restriction en Europe. Petit détail d’une extrême importance: seuls sont concernés les citoyens européens vaccinés au Maroc et les ressortissants de différents pays vaccinés au Maroc et résidant légalement en Europe.

Tout le monde, vacciné au Maroc avec l’argent du contribuable marocain, est le bienvenu dans l’espace Schengen. Sauf le maudit contribuable lui-même! Cette annonce a circulé comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux. Beaucoup de médias ont induit les citoyens marocains en erreur. Sans préciser le profil des bénéficiaires de ce «laisser-passer européen», l’information véhiculée laissait penser que même les Marocains résidant au Maroc en profiteraient. C’est faux. Le comble, c’est le mutisme du ministère des Affaires étrangères ou celui de l’Intérieur. On mobilise nos cadres de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Santé publique des mois durant pour réussir l’interopérabilité du pass vaccinal et sanitaire… au profit des ressortissants de l’Union et de pays tiers. Et on s’en réjouit! De quoi alors? Parbleu, qu’en-est-il de la dignité des Marocains qui ont adhéré à la campagne de vaccination pour se protéger et protéger les leurs? Puis, quand on décortique l’annonce même, on constate que la commission européenne se cache derrière la souveraineté de chaque pays de l’Union.

La France n’accepte pas les vaccinés avec le vaccin Sinopharm au moment où l’Espagne n’y affiche aucune opposition tout en se gardant le droit d’imposer d’autres restrictions. Qu’en est-il de notre souveraineté? Pourquoi n’applique-t-on pas le principe de la réciprocité? Pourquoi autorise-t-on les Européens vaccinés avec des vaccins autres que ceux validés par nos autorités sanitaires à accéder au territoire marocain?

Le pire, l’humiliation même, c’est que la décision de la commission européenne, qu’on se pavane à relayer comme une consécration de la politique de santé nationale, n’impacte pas les règles d’entrée imposées par chaque pays européen.

En des termes plus simples, la commission européenne reconnait le pass vaccinal Sinopharm mais la France, à titre d’exemple, ne le reconnait pas. Si on doit négocier avec chaque pays européen, pourquoi a-t-on coopéré pour mettre en place l’interopérabilité du pass vaccinal? Quel gâchis!

Et pas la moindre réaction officielle de la part du département des Affaires étrangères. Ne serait-ce que pour calmer les ardeurs d’une frange de Marocains qui n’avalent pas encore cette pilule d’humiliation européenne et qu’on présente comme une grande réalisation!.