Une étude lie la pollution de l'air à 135 millions de morts prématurées entre 1980 et 2020


 

La pollution atmosphérique, provenant des émissions humaines ou d'autres sources, comme les feux de forêt, est associée à quelque 135 millions de décès prématurés à travers le monde entre 1980 et 2020, selon l'étude d'une université singapourienne publiée lundi.

Des phénomènes météorologiques comme El Nino et le dipôle de l'océan Indien - autre phénomène climatique naturel découlant d'un écart de températures à la surface de la mer - ont aggravé les effets des polluants en augmentant leur concentration dans l'air, explique l'université technologique Nanyang (NTU) de Singapour.

Le problème des particules fines "a été associé avec environ 135 millions de décès prématurés au niveau mondial" entre 1980 et 2020, précise l'université dans un communiqué sur l'étude, publiée par le journal Environment International.

Les particules fines PM2,5 (d'un diamètre inférieur à 2,5 microns) sont nocives pour la santé humaine en cas d'inhalation car elles sont assez petites pour atteindre le système sanguin. Elles proviennent des véhicules et d'émissions industrielles, ainsi que de sources naturelles comme les incendies ou les tempêtes de poussière.

L'étude a établi que ces personnes sont mortes plus jeunes que l'espérance de vie habituelle, de maladies qui auraient pu être traitées ou évitées, dont des AVC, des maladies cardiaques et pulmonaires et des cancers.

Les phénomènes météorologiques ont contribué à augmenter ces décès de 14%, selon l'étude.


L'Asie compte le "plus grand nombre de décès prématurés attribuables à la pollution aux PM2,5" avec plus de 98 millions de morts, essentiellement en Chine et en Inde, précise-t-elle.

Le Pakistan, le Bangladesh, l'Indonésie et le Japon présentent aussi de nombreux décès prématurés, entre deux et cinq millions de personnes.

L'étude est une des plus complètes à ce jour concernant la qualité de l'air et le climat, se basant sur 40 ans de données pour donner une vision d'ensemble des effets des particules fines sur la santé.

"Nos découvertes montrent que des modifications du climat peuvent aggraver la pollution de l'air", relève Steve Yim, professeur associé à l'Ecole asiatique de l'environnement de la NTU, qui a dirigé l'étude.

"Quand certains événements climatiques se produisent, comme El Nino, les niveaux de pollution peuvent augmenter, ce qui signifie que plus de personnes peuvent mourir prématurément à cause de la pollution PM2,5", a précisé M. Yim.

Des chercheurs d'universités de Hong Kong, du Royaume-Uni et de Chine ont participé à l'étude.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, les "effets combinés de la pollution de l'air ambiant et de celle de l'intérieur des habitations" sont liés à 6,7 millions de décès prématurés chaque année dans le monde.

Articles similaires