Un député espagnol demande la démolition de la ferme Piscicole marocaine au large des Jaâfarites

Les pressions de l’opposition espagnole sur le gouvernement Pedro Sanchez, au sujet de la ferme piscicole marocaine installée au large des îles Jaâfarites, se poursuivent. Cette foisci, c’est le député national du Parti populaire (PP) à Mélilia, Fernando Gutierrez Diaz de Otazu, qui a appelé, dimanche 2 janvier, l’exécutif à ouvrir une procédure pour la démolition de ladite ferme, tout en assurant qu’une telle mesure ne constituerait pas une contradiction avec les “bonnes relations et le bon voisinage avec le Maroc”.

Interrogé par des médias espagnols lors d’un point de presse, le parlementaire réagit ainsi à la seconde réponse du gouvernement Sanchez aux questions des députés sur le sujet, qui a assuré avoir “mené les actions correspondantes pour garantir le respect de la réglementation applicable, tout en communiquant avec le Maroc de manière habituelle, c’est-àdire par les voies diplomatiques”.

Cela marque une évolution par rapport à la première réponse de la majorité, dans laquelle cette dernière avançait, il y a une semaine, que “les installations piscicoles relèvent des compétences des régions autonomes”.

Mais cela reste “insuffisant”, selon Fernando Gutierrez Diaz de Otazu, qui estime que Madrid "devrait prendre une autre mesure et agir, comme il le ferait dans n’importe quelle partie du territoire national lorsqu’une construction est réalisée sans les autorisations correspondantes"