L'Espagne sollicite l'aide anti-terroriste du Maroc

Craignant le risque d'actes terroristes pendant l'Eurocup

L’organisation de l’Eurocup, un événement sportif d’envergure, oblige l’Espagne à solliciter l’aide du Maroc pour assurer la sécurité des équipes et des responsables de différentes nationalités européennes. Sa proposition de trêve sera-t-elle acceptée par Rabat?

En pleine crise entre les deux pays, provoquée par l’accueil et l’hospitalisation à partir du 17 avril 2021 du chef des séparatistes du Polisario, Brahim Ghali, en Espagne, le Maroc a suspendu la coopération anti-terroriste bilatérale au mois de mai 2021, selon un article du journal en ligne OkDiario, publié dans l’édition du 6 juin.

Mais la donne a changé depuis. L’Espagne, qui s’apprête à accueillir l’Euro, le championnat européen de football, le 11 juin prochain, craint des attaques terroristes pendant cet événement continental. Pour cela, affirme le journal ibérique, l’Espagne a demandé au Maroc une trêve pour une reprise de la coopération anti-terroriste à quelques jours du démarrage de l’Eurocup à Séville.

«Cette coopération avec le Maroc est décisive dans la lutte contre le terrorisme jihadiste. L’interruption des échanges d’informations est tombée à un mauvais moment: à l’Eurocup et aux rassemblements sportifs », écrit le journal. «Mais la prédisposition du Maroc, a priori, est faible, au vu de l’escalade diplomatique de la tension provoquée par la décision du gouvernement Pedro Sánchez d’hospitaliser (…) Brahim Ghali, en Espagne».

Aide vitale
«Au-delà des relations tendues entre les deux pays voisins, la crise entre l’Espagne et le Maroc a déjà mis les services de renseignement des deux pays en alerte. L’Espagne, en effet, a cessé d’être, pour le moment, l’interlocuteur de l’Europe auprès des services de renseignement marocains». Des sources policières ont confirmé au journal OkDiario que la gestion de González Laya a coûté l’arrêt de la collaboration entre les deux corps de police et de renseignement: celui du Maroc et celui de l’Espagne.

Les informations décisives antidjihadistes que le Maroc fournit habituellement à l’Espagne sont actuellement bien plus que remises en cause. Et cette aide est vitale à tout moment.

Cependant, le black-out de l’information du côté marocain, souligne OkDiario, ne signifie pas que l’Espagne est complètement dans le noir. Comme l’expliquent des sources du renseignement espagnol au journal, le CNI a été contraint de se tourner vers la France pour maintenir ouvert le canal d’informations djihadistes des services secrets marocains. Mais la France, elle aussi, s’appuie sur les renseignements fournis par les services marocains et le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ).

D’ailleurs, que ce soit en Espagne, en France, en Belgique, en Allemagne ou même dans d’autres pays européens, beaucoup d’attentats terroristes ont été avortés grâce à la coopération marocaine, précieuse dans ce domaine.

L’organisation d’un événement sportif d’envergure va pousser l’Espagne à solliciter l’aide du Maroc pour assurer la sécurité des équipes et des responsables de différentes nationalités européennes. La proposition de trêve sera-t-elle acceptée par Rabat?.