L'écrivain Français exploite le nom de la maison d'édition marocaine "La croisée des chemins"

L'amalgame signé Éric Zemmour

Éric Zemmour s’avise, courant septembre 2021, de créer un site web intitulé Croisée des Chemins (www.croiseedeschemins-ez.fr), le même presque que celui de la maison d’édition marocaine La Croisée des chemins, qui a pignon sur rue au Maroc et en Europe notamment depuis une quarantaine d’années. Un amalgame à haut risque.

Qu’est-ce qui peut lier Abdelkader Retnani, le directeur général de la maison d’édition La Croisée des Chemins, qui prêche à travers ses publications le vivre-ensemble et la tolérance, et Éric Zemmour, l’écrivain et journaliste français connu pour ses positions xénophobes et anti-immigrés? En principe, rien. Sauf quand Éric Zemmour s’avise, courant septembre 2021, de créer un site web intitulé Croisée des Chemins (www.croiseedeschemins-ez.fr), le même presque que celui de la maison d’édition marocaine (www.lacroiseedeschemins.ma), qui a pignon sur rue au Maroc et en Europe notamment depuis une quarantaine d’années.

Sur son site, le très controversé Éric Zemmour, qui parle de l’objectif recherché derrière la création de ce qui ressemble plus à un blog et qui consiste à partir à la rencontre des Français là où ils sont pour faire la promotion de ses livres et de son idéologie jugée par beaucoup comme étant raciste envers tous les immigrés en France, notamment arabo-musulmans, cette signature est mise en exergue: «La France est à la croisée des chemins, mais elle n’a pas dit son dernier mot. Je pars à la rencontre des Français pour leur présenter mon nouveau livre». N’en pouvant plus, M. Retanani nous a déclaré ce 23 novembre 2021, qu’il dépose plainte contre Zemmour.

Confusions
Rappelons que quelques jours seulement après le lancement de ce site web, le 27 septembre plus précisément, Abdelkader Retnani, le patron de la maison d’édition La Croisée des Chemins, basée à Casablanca, réagit et saisit maître Hubert Seillan, avocat au barreau de Paris, à propos de cet amalgame patent. «Connaissant les positions et la posture de cette personne (Éric Zemmour, ndlr) dans le débat politique actuel en France, nous estimons que ceci peut porter préjudice à notre maison d’édition (…) Ainsi, nous vous demandons, par la présente, de bien vouloir prendre les dispositions nécessaires afin de ne pas avoir d’amalgames qui pourraient entacher notre réputation et notre ligne éditoriale, basées sur le vivre-ensemble et la tolérance», écrit M. Retnani.

Le lendemain, Me Seillan adresse une correspondance à Éric Zemmour pour l’informer que «l’ancienneté des Éditions La Croisée des Chemins, la qualité des milliers d’ouvrages diffusés en Europe, en Afrique et dans la francophonie, lui confèrent une notoriété suffisante pour que des confusions s’établissent dans l’esprit du public». Or, ajoute-t-il sur un ton ferme, «ses engagements philosophiques sur les thèmes de la liberté religieuse (…) sur le vivre-ensemble et la tolérance, sont si fortement opposés aux vôtres, qu’elle considère (sa cliente) que votre choix correspond à une usurpation.

De sorte que, face à un risque élevé d’amalgame, je suis conduit à vous sommer de cesser cette utilisation», conclut Me Hubert Seillan. Pour l’heure, au 23 novembre 2021, Éric Zemmour garde toujours le nom de son site web et ne l’a pas changé. Ce qui veut dire qu’il fait fi de la mise en demeure de Me Seillan. Rien d’étonnant quand on connait la nature polémiste de l’écrivain français. Une chose est sûre, l’avocat parisien n’a pas encore dit son dernier mot.