Epidémie de grippe aviaire: Le Maroc sur le qui-vive !

La résurgence de la grippe aviaire dans certains pays européens, notamment en France, ne laisse pas les autorités marocaines indifférentes. Elles ont mis en place un dispositif préventif pour protéger la volaille contre cette épidémie.

Le virus influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), désigné sous le nom scientifique H5N8, est en train de faire des ravages en Europe, principalement en France, où l’on dénombrait 197 foyers d’infection dans une quarantaine de départements placés en état d’alerte, selon le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Près de 700.000 volailles, essentiellement des canards, ont été abattues dans ces zones depuis l’apparition de cette pathologie, à la mi-novembre 2020.

Inquiétude en France. Etat d’alerte au Maroc. Ces nouvelles peu rassurantes en provenance de Paris ne laissent pas les autorités marocaines indifférentes. Elles sont sur le qui-vive. Tout un dispositif préventif est mis en place pour protéger la volaille contre cette épidémie.

Les autorités locales de plusieurs villes ont ainsi relevé le niveau de contrôle en instaurant des mesures de sécurité renforcées pour éviter d’éventuelles contaminations, à travers des analyses sur la volaille et la désinfection des camions de transport. Parallèlement, elles ont demandé aux responsables provinciaux de signaler automatiquement tout cas de contamination.

Autant de mesures drastiques pour ne pas revivre le scénario de 2017, année durant laquelle l’influenza aviaire H9N2 «faiblement pathogène» avait causé plusieurs morts dans la volaille et entraîné une forte baisse des prix du poulet, selon l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

Un an plus tôt, après l’apparition du premier cas de virus aviaire, l’ONSSA avait demandé aux vétérinaires, aux inspecteurs des abattoirs de volaille, ainsi qu'à ceux des laboratoires et des postes-frontières d’identifier les propriétaires et les gérants des fermes d’élevage de volailles, mais aussi les particuliers qui élèvent des oiseaux à domicile, sachant que les oiseaux migrateurs constituent les principaux vecteurs de contamination de cette épidémie.

Signalement automatique
Ils devaient également transmettre des rapports à l’Office. Cette grippe aviaire, considérée aussi comme faiblement pathogène, avait causé à l’époque la mort d’environ 5% à 30% de l’élevage au moment de la reproduction en fonction des exploitations, selon des estimations de Chaouki Jerrari, directeur de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole au Maroc (FISA), annoncées à la presse, en marge de la 11e édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM), qui s’était déroulée du 27 avril au 1er mai 2016 à Meknès.

Pour rappel, la FISA a signé, en avril 2018, une convention d’assurances avec la Mutuelle Agricole Marocaine d’Assurances (MAMDA). Une convention qui couvre tous les produits d’assurances classiques (automobile, accidents de travail, maladies, etc.), ainsi qu’un nouveau produit appelé «Assurance Volaille», qui couvre les mortalités de volailles consécutives aux maladies de Newcastle, l’Influenza Aviaire Hautement Pathogène et le SPG.

Cette assurance permet aussi aux éleveurs de bénéficier d’une indemnité complémentaire qui s’ajoutera à celles prévues par trois arrêtés et fixées à 70% environ, pour ces trois pathologies.

Chaouki Jerrari: "Il n'y a pas de cas de grippe aviaire hautement pathogène au Maroc"

Le virus H5N8 est en train de faire des ravages en France avec plusieurs cas de grippe aviaire dans plusieurs localités. Le Maroc est-il à l’abri de cette vague de contaminatio

Lire la suite

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger