Une envolée anormale des prix des produits alimentaires

Spéculation et absence du contrôle dans les marchés

Comme chaque année, pendant le mois de Ramadan, tous les regards sont portés sur les prix des produits à forte consommation. Après la hausse des factures d’eau et d’électricité et des frais de scolarité cette année, les ménages marocains subissent en ce mois sacré une envolée vertigineuse des prix des produits alimentaires.

Pour le gouvernement et les services de contrôle communaux, le baromètre des prix des fruits, légumes et du poisson au niveau des marchés de gros est sous contrôle. Ils se basent sur des rapports déconnectés de la réalité. On rassure que les denrées consommées sont abondantes, mais on oublie de souligner que leurs prix sont inaccessibles. Une tournée le 21 avril 2021 dans les marchés de fruits et légumes et de poisson les plus fréquentés de Casablanca montre que les prix ont enregistré une envolée pour le moins ahurissante causée par un manque de contrôle et la cupidité de certains commerçants.

Au marché de Maârif, le prix du poulet vif a atteint 22 à 23 dirhams. Le poulet beldi se fait rare et excessivement cher. Son prix, au kilo, atteint 75 à 80 DH le kilo. Et ce n’est pas que le poulet qui connaît une hausse des prix, le blanc de la dinde est actuellement vendu à 75 DH le kilo. Les oeufs ne sont pas en reste. Le tarif atteint 1,5 Dh l’unité. Une offre se fera rare pour justifier une forte demande.

Un tour au marché de Ben Jdia suffit pour s’apercevoir que les prix des fruits et légumes sont aussi élevés. A moins de 22 dirhams le kilo, il ne faut pas rêver d’acheter du haricot vert. Le haricot blanc affiche 30 Dh/kilo, le pois-chiche 26 DH, les lentilles (production locale) entre 20 et 29 dirhams en fonction de sa qualité. Le kilo de courgette se vend à 10 ou 11 DH, le poivron entre 10 et 15 dirhams, la pomme de terre à 8 DH, l’oignon à 11 DH, les petits-pois à 15 DH, et les carottes à 7 DH, la tomate à 10 dirhams…

Les fruits ne sortent pas du lot: avocat à 50 DH, pêche à 20 DH, pommes entre 20 et 25 Dh, mangue à 35 dirhams… Concernant les viandes, la viande rouge a été contaminée de cette fièvre de la hausse des prix: entre 80 et 85 Dh le kilo de viande, le foie à 180 DH… Le poisson ne déroge pas à la règle. Les prix passent au double pendant ce mois: Sardine à 20 dirhams, crevettes et calmar à partir de 150 dirhams…

La multiplication des intermédiaires et la spéculation, particulièrement à l’approche du Ramadan, contribuent fortement à la hausse des prix en l’absence d’un contrôle rigoureux et régulier.

Articles similaires