L'enseignement Français au maroc au coeur d’un scandale de racisme

Indignation contre l’école de la mission Française Ernest Renan

Malgré l’ouverture d’une enquête par le réseau AEFE et les excuses plates de la direction de l’école, le scandale de racisme, provoqué par un exercice adressé aux élèves de CM2, suscite la colère générale des Marocains.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’affaire est extrêmement grave. Elle concerne un scandale de racisme dont est accusée une école de la Mission française Ernest Renan, installée à Casablanca. Les élèves de CM2 de cette école, affiliée au réseau français de l’AEFE, ont reçu, jeudi 25 mars 2021, un exercice intitulé «Où vivent les grands singes?». Cet exercice reprend les images de différents singes au milieu desquels on retrouve une femme subsaharienne.

Les élèves sont incités à relier chaque image à un nom indiqué. Tout d’abord, l’exercice, qui n’en est pas un, est d’un niveau intellectuel très bas alors qu’il est adressé à des élèves de CM2 censés connaître ces choses-là depuis déjà quelque temps. Ensuite, insérer une femme subsaharienne au milieu de singes relève non seulement d’une faute raciste grave mais visiblement d’une intention de porter atteinte à nos frères subsahariens. Le scandale a été d’abord signalé par les parents d’élèves, qui ont exprimé leur choc et leur consternation par rapport à un tel contenu.

Puis c’est au tour du comité parité et diversité au sein de la chaine 2M de révéler ce contenu imbécile et le relayer sur les réseaux sociaux. Devant le tollé général, le directeur de l’école, Sébastien Galard, a adressé aux parents d’élèves, vers 15h34 du jeudi 25 mars, un mail tiède dans lequel il présente des excuses plates. Dans son courrier électronique, M. Galard évoque «une maladresse inadmissible qui peut renvoyer à des amalgames tout à fait contraires aux valeurs que notre école défend ».

Une telle action impardonnable
Or il ne s’agit pas d’une maladresse, mais d’une faute grave qui devrait être sévèrement sanctionnée. Pour corriger cela et apporter une réponse plus ferme, la direction de l’Agence de l’enseignement français à l’étranger, à Paris, a publié dans la soirée du jeudi 25 mars un communiqué où elle parle d’un document raciste et d’une faute grave. Elle annonce l’ouverture d’une enquête administrative et affirme prendre les mesures nécessaires qui s’imposeront.

Les parents d’élèves et avec eux tous les Marocains s’attendent, en effet, à des sanctions sévères contre le directeur de l’école, le responsable pédagogique et l’enseignant qui a envoyé ledit document aux élèves. Une telle action impardonnable et inexcusable ne saurait être oubliée alors qu’elle provient d’un système de l’enseignement français qui affirme constamment s’attacher aux valeurs humaines de la République française à savoir l’égalité et la lutte contre toutes les formes de racisme. Une chose est sûre, en tout cas, cette affaire grave entachera pour longtemps l’image et la crédibilité de l’enseignement français dans notre pays.