Plus proches avec l’enseignement à distance

CONFINEMENT

En cette période du coronavirus, la majorité des professionnels procèdent aujourd’hui au télétravail pour contrer la propagation du virus. L’activité n’est pas censée s’arrêter, de même pour l’enseignement. Depuis la décision de l’arrêt des cours dans les locaux des écoles et universités, la routine de l’étudiant lambda a beaucoup changé.

Préparant mon diplôme de psychomotricien dans une université privée, cette troisième et dernière année du cursus me laissera de grands souvenirs et anecdotes à me remémorer. Le passage vers les cours à distance est sans doute le changement le plus important de ma formation. Du jour au lendemain, l’administration, les enseignants et étudiants ont dû s’adapter aux nouvelles contraintes que cela présente. Nos boîtes mail reçoivent désormais un nombre incalculable de messages. Entre changements opérés, conseils, programmations des cours, problèmes techniques relevés et absences notées nous nous écroulons sous le tas d’informations.

9Vient le premier jour du cours à distance et à 8 heures du matin, c’est le cirque! L’enseignant est déjà là, présent et présentable face à sa caméra qui fonctionne en fractionné. Collé à son écran, on comprend vite qu’il s’est hissé dans un endroit peu confortable mais assez loin de ses enfants encore endormis. Une demi heure plus tard, le cours n’a toujours pas démarré, en attendant que les problèmes de connexion de Zahra soient résolus par le “geek” de la classe, que Nouhaila se réveille et que Fadila se maquille pour paraître tout aussi présentable que l’enseignant.

Problèmes de connexion
Le cours débute finalement après une heure d’improvisation. La tension descend enfin et la motivation aussi pour certains. “Les problèmes de connexion” n’ont jamais été aussi fréquents, mais c’était la seule excuse pour ceux qui se sont lassés de voir un homme parler à son écran, sans être convaincu qu’il y a de réelles personnes derrière. L’habitude n’y est pas, forcément l’interaction est au plus bas.

La première journée a été une forme de transition brutale vers un mode d’enseignement nouveau pour tous. Les problèmes techniques sont moins présents aujourd’hui et chacun s’est adapté comme il le peut. Enseignement à distance et malgré la connotation d’éloignement a été pour nous une réelle opportunité de nous rapprocher comme jamais auparavant, même après trois ans de cours physiques ensemble. Nous avons pénétré chez chacun de nous et découvert le côté humain de chacun de nos enseignants. Certains nous ont présenté leurs enfants curieux de découvrir ce que leur papa fait durant trois heures face à son écran, d’autres nous ont partagé leur passion pour les chats et d’autres sont plus impliqués que jamais pour transmettre le message. Aussi étrange que cela puisse paraître, la distance était avant le coronavirus.