Des enseignants du privé sans salaires pour le mois de septembre !

Report de la rentrée scolaire au 1er octobre 2021

Dans quelques jours, plus précisément le 1er octobre 2021, ce sera la rentrée scolaire 2021-2022. Programmée comme de coutume début septembre de chaque année, la date a été repoussée cette année de trois semaines par une décision de Saaid Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Le responsable de ce département avait argué de «la nécessité de préserver les acquis réalisés dans le combat contre la pandémie de Covid 19, et de maintenir la courbe descendante des cas d’infection». Il s’est réuni, au lendemain de la prise de cette décision, avec les associations des parents d’élèves et avec des patrons d’établissements scolaires privés qui tenaient à compenser le mois de septembre par le mois de juillet. Rien de perdu pour les propriétaires des écoles privées. Mais une bonne frange de ces derniers, dénommés «Moul chokara», n’ont pas payé le salaire du mois de septembre à leurs enseignants, instituteurs et autres employés.

Qui les défendra? Ce sont des milliers de familles qui se sont retrouvées sans vivres à cause de cette décision hâtive et irréfléchie prise même sans une concertation élargie avec les premiers concernés, en l’occurrence les parents d’élèves et leurs enseignants. Le ministre de l’Education nationale peut imposer la date de la rentrée scolaire mais ne peut pas exiger des propriétaires des écoles privées de respecter ou honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs salariés.

Où êtes-vous M. Amekraz, ministre du Travail? Ne s’agit-il pas là d’une infraction ou d’une situation sociale explosive engendrée par la décision d’un «collègue»? Le gouvernement El Othmani est toujours en place pour gérer les affaires courantes. Il va falloir assumer encore la responsabilité de ses actes et décisions.