Les cinq engagements de Aziz Akhannouch

Le RNI présente à Agadir son programme électoral

Le nouveau programme électoral présenté par le président du RNI, Aziz Akhannouch, contient de nombreuses propositions concrètes.

Agadir, le jeudi 3 juin 2021. Un beau soleil brille sur la perle du sud. Le temps est à la baignade après la décision du gouvernement de rouvrir les plages après de longs mois de fermeture. Le tourisme dans la région entrevoit de l’espoir au milieu d’un contexte sanitaire certes en amélioration mais toujours pesant.

Pour entretenir cet espoir, le président du RNI, Aziz Akhannouch, choisit cette ville pour présenter les grandes lignes de son programme électoral. Pour le parti et son président, cette «ville de la renaissance», en référence à son surnom historique, constitue souvent le point de lancement des grands projets politiques du parti.

C’est de cette ville qu’est lancée en 2016 la voie de la confiance qui allait donner le départ au programme «100 jours, 100 », un programme ambitieux à travers lequel les dirigeants du RNI sont partis à la rencontre des citoyens marocains pour récolter leurs doléances, leurs problèmes et leurs souffrances quotidiennes. Mais, ce jeudi 3 juin, le président du parti est venu exposer son programme électoral qu’il compte appliquer en cas de victoire aux prochaines élections législatives prévues en septembre prochain.

Objectif ambitieux
Agadir représente ainsi la première étape d’une grande tournée régionale qui conduira les dirigeants du RNI dans toutes les régions du Royaume pour proposer aux Marocains ce que le parti compte mettre en place pour la période 2021-2026. Comme à son habitude, décontracté et sincère, Aziz Akhannouch, au milieu d’une salle respectant toutes les mesures sanitaires, présente une à une ses propositions Le programme repose sur 5 engagements prioritaires, à savoir: une protection contre les aléas de la vie, un système de santé digne, des emplois pour tous, une école de l’égalité et une administration à l’écoute.

Première proposition concrète: verser aux personnes âgées de plus de 65 ans une somme mensuelle de 1.000 dirhams pour les aider à faire face aux problèmes de la vie, particulièrement pour celles d’entre elles qui ne bénéficient pas d’une protection sociale. Cette somme est versée à vie à partir de cet âge-là pour aider cette population fragile de la société marocaine à surmonter les difficultés quotidiennes.

Deuxième proposition importante et non des moindres: verser 300 dirhams pour chaque enfant scolarisé dans la limite de trois enfants. Une mesure qui vise à inciter les familles à maintenir leur progéniture dans les écoles et lutter ainsi contre l’abandon scolaire. Pour le monde de l’enseignement, une mesure qui réjouira tout particulièrement les enseignants: augmenter leur salaire de début de carrière de 5.000 à 7.500 dirhams. Un niveau de rémunération qui a pour but d’améliorer les conditions matérielles des enseignants et les inciter à donner de leur mieux pour l’éducation de nos enfants.

Dans le domaine de l’emploi, Aziz Akhannouch propose de créer un million de postes d’emploi sur 5 ans pour absorber le chômage, qui s’est considérablement aggravé pendant la crise du Covid-19. Un objectif pour le moins ambitieux dans un contexte économique où la croissance n’est pas encore au rendez-vous. Last but not least, le RNI propose de créer la carte «Riaaya» (protection), une carte pratique qui permettra aux Marocains d’accéder aux soins dans les hôpitaux publics et les centres de santé.

Et ce dans les plus brefs délais et à moindre coût. De telles propositions concrètes ne pourront qu’intéresser les Marocains à la recherche d’horizons meilleurs pour leurs familles et leurs enfants.