Enfin, les retrouvailles!

ARRIVEE DES PREMIERS VOLS DES MRE AU MAROC

Après deux ans passés loin des siens, des centaines de Marocains de la diaspora ont foulé les tarmacs des aéroports marocains. Un retour au bercail qui s’est fait dans la joie et la bonne humeur.

Soulagement. C’est le sentiment qui habite les centaines de MRE qui ont de nouveau foulé les tarmacs de plusieurs aéroports du Royaume depuis le 15 juin, date de réouverture officielle du ciel marocain. Les deux années passées loin du Royaume, à cause du fameux virus, a constitué, pour beaucoup d’entre eux, une éternité. Les scènes de liesse observées après l’arrivée d’une vingtaine de vols à l’aéroport Mohammed V de Casablanca, de Fès-Saiss, d’Agadir, de Laâyoune, de Marrakech-Menara, en disent long sur la joie que leur procurent ces retrouvailles avec la mère-patrie.

Tapis rouge, jets de fleurs, distribution de lait et de dattes, chants folkloriques… Tout un arsenal déployé par les autorités aéroportuaires pour leur souhaiter «Marhaba». Après avoir profité de cette belle ambiance dont beaucoup d’entre eux avaient sûrement la nostalgie, ils ont tous vivement remercié le roi Mohammed VI, qui a donné des instructions pour faciliter leur venue.

Alors que l’incertitude planait sur l’organisation de l’opération Marhaba 2021, le Roi Mohammed VI a dissipé toutes les craintes en appelant, le dimanche 13 juin, l’ensemble des acteurs du transport aérien et maritime à proposer des prix abordables aux Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour faciliter leur retour au bercail.

Un appel royal agréablement accueilli par ces expatriés, dont beaucoup envisageaient de renoncer au voyage après la flambée des prix des billets d’avions et surtout, l’exclusion des ports espagnols du circuit maritime, lieux où transitaient la majorité des MRE établis en Espagne et d’autres pays européens. Ce retour au bercail s’est effectué à bord des vols de la Royal Air Maroc.

La RAM a annoncé la mise à leur disposition de plus de 3 millions de sièges, dont 600.000 en affrètements pour la période du 15 juin au 30 septembre. Cerise sur le gâteau, elle leur propose des tarifs très abordables, en fonction de la taille de la famille. Par exemple, une famille de trois personnes qui souhaite effectuer un aller-retour Espagne-Maroc, Pays- Bas-Maroc ou Ukraine-Maroc paiera un tarif de 360 euros TTC, en classe économique. Mieux, ce tarif passe à 97 euros par passager pour une famille de quatre personnes, en provenance de pays européens, africains, et américains.

Une vieille doléance
«Ces tarifs sont valables uniquement entre le 15 juin et le 30 septembre sur un parcours A/R, au départ de l’étranger par un vol direct vers le Maroc. Les billets doivent être payés au comptant, sans utilisation d’avoirs antérieurs. Ils ne sont ni remboursables ni échangeables », précise la RAM. Et, visiblement, aux yeux des MRE, l’opportunité est trop belle pour ne pas être saisie. Lors d’une conférence organisée le 14 juin, Abdelhamid Addou, président- directeur général de la RAM, avait indiqué la réception de 120.000 réservations depuis le 13 juin, en fin de journée.

Un fort engouement qui a saturé les serveurs de la plateforme de la compagnie nationale et rendu son site inaccessible pendant deux heures. Il soulignait qu’il était impossible de trouver un retour Maroc-France entre le 15 et le 31 août et pour les dates qui précèdent l’Aïd Al Adha (vers le 20 juillet et jours précédents). Chez les MRE d’Italie, la baisse des tarifs a été chaleureusement accueillie.

Surtout après l’annulation de l’opération Marhaba 2020. «Nous sommes très contents de cette décision royale parce qu’il y a plusieurs familles qui voulaient rentrer au Maroc mais avaient changé d’avis à cause de la cherté des billets. Beaucoup d’entre elles n’ont pu assister à des funérailles de proches ou à d’autres évènements familiaux. Cette baisse va sûrement les pousser à effectuer des réservations pour retrouver la chaleur familiale», se réjouit Adil Lasry, président de l’Association des travailleurs marocains en Italie, non sans nous révéler la présence de 500.000 Marocains dans ce pays.

Seul bémol, «certains d’entre eux ont constaté que les réservations pour les vols avant l’Aïd sont bloquées sur le site de la RAM. Nous espérons que la RAM proposera de nouveaux vols pour leur permettre de retrouver leurs familles après deux ans d’absence », remarque-t-il.

Une information confirmée le 16 juin par la compagnie nationale, qui a annoncé sur son compte Twitter la saturation des vols en provenance de la France, de l’Italie, de la Belgique et des Pays-Bas pour le mois de juillet, tout en signalant «une large disponibilité pour les arrivées aux mois d’août et de septembre».

Ce jeudi 17 juin, elle révèle, via un nouveau tweet, le lancement imminent de vols additionnels en provenance de Bruxelles, Paris, Francfort, Amsterdam, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Lyon pendant les semaines du 29 juillet au 4 août et du 2 au 8 septembre, pour répondre à cette forte demande des MRE. La RAM avait déjà indiqué, dans un communiqué publié le 14 juin, que «plus de 70% de la capacité mise en place sur la période (15 juin-30 septembre) est encore disponible à la vente».

Une réduction pérenne
Salem Fkire, président de l’association Cap Sud MRE, dont le siège est basé à Agadir depuis 2011, et qui s’active en France, salue aussi cette intervention royale. «Nous remercions vivement Sa Majesté pour son implication et sa bienveillance envers les MRE. Cela prouve que le roi Mohammed VI reste le seul garant des intérêts des Marocains résidant à l’étranger.

Malheureusement, les pouvoirs politiques n’agissent pas en amont», constate-t-il. A l’en croire, c’est une vieille doléance de son organisation qui vient d’être satisfaite. «Notre association avait déjà proposé en 2011 la tarification de 150 euros pour permettre aux MRE de venir plus souvent au Maroc, notamment les deuxième, troisième et quatrième générations. Ce qui permettra à l’Etat de passer de 6 milliards à 12 milliards de dirhams de rentrées de devises».

Sentiment différent chez les voyageurs qui avaient effectué des réservations avant le 13 juin, date de l’annonce des instructions royales. Ils souhaitent être indemnisés par la RAM, après avoir constaté un grand écart entre les prix de leurs billets et les tarifs exceptionnels proposés. Beaucoup d’entre eux ont publié des témoignages sur Facebook et Twitter, avant de lancer une pétition sur le site «change.org», qui a déjà recueilli plus de 4.100 signatures.

Adil Lasry confirme ces propos. «J’ai reçu plusieurs messages de MRE qui ont acheté des billets avant l’annonce du Roi et qui souhaitent que les prix soient revus à la baisse pour pouvoir bénéficier de cette opération. J’espère qu’ils trouveront des solutions avec la RAM pour profiter de cette offre». Même son de cloche chez Houda Hakkak, présidente de l’Association d’amitié franco-marocaine. «J’en ai dénombré une dizaine qui sont dans le même cas», avance-t-elle.

D’après la RAM, ces passagers peuvent échanger leurs billets contre un avoir qu’ils peuvent utiliser ultérieurement, en dehors de cette opération. Ces avoirs sont valables 12 mois et remboursables en numéraires à l’expiration de leur validité, ou d’un changement de date du voyage, sans pénalité. Une validité qui ne prend effet qu’à partir du 1er octobre 2021, et qui peut s’étendre jusqu’au 31 mars 2022, indique la RAM, précisant qu’«une différence tarifaire pourrait être appliquée».

Aussi bien du côté de la RAM que des professionnels du transport maritime, des efforts sont en train d’être déployés pour faciliter le retour des Marocains de la diaspora parmi les leurs afin de leur permettre de retrouver la chaleur familiale. Vive les retrouvailles !