Energies renouvelables: Le Maroc lance un cluster dédié à l'hydrogène vert

Le Maroc a lancé un cluster national de l’hydrogène vert dédié à la recherche appliquée, à l’innovation et à l’industrie. Objectif, faire du Royaume un hub régional dans ce domaine.

Un nouveau palier vient d’être franchi par le Maroc, dans son ambitieuse stratégie de développement des énergies renouvelables. Après avoir consenti d’importants investissements dans plusieurs centrales solaires, éoliennes et hydrauliques, le pays mise sur la recherche appliquée pour promouvoir son leadership dans ce secteur. C’est dans ce cadre que s’inscrit la création du Cluster national de l’hydrogène vert «Green H2 Maroc», le 18 mars 2021, par le ministère de l’Energie, des Mines, de l’Environnement et celui de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique.

Ce cluster, «premier du genre en Afrique», vise à mettre en place un écosystème de l’hydrogène vert compétitif et innovant pour faire du Maroc un hub régional dans la production et l’exportation de ses dérivés.

Un cadre réglementaire incitatif
Pour relever ce challenge, les autorités prévoient de collaborer avec les industries, universités et centres de recherche, en particulier les plateformes technologiques incubées par l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) et l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies renouvelables (IRESEN). «Green H2 aura pour mission de renforcer les capacités techniques et technologiques des acteurs nationaux, à produire, à exploiter, et à valoriser l’hydrogène vert et ses dérivés. Il accompagnera également la commission nationale de l’hydrogène vert à la création d’un cadre réglementaire incitatif en faveur du développement de cette filière d’avenir», indiquent les promoteurs.

Cette nouvelle initiative n’est pas la première du genre dans ce domaine. Outre la création d’une commission nationale dédiée au développement de l’hydrogène vert, le Maroc multiplie les projets et les partenariats bilatéraux.

Début février, Aziz Rebbah, ministre de l’Energie, avait signé une déclaration de coopération avec son homologue portugais, Matos Fernandes, pour développer la coopération des deux pays dans ce secteur. Ce dernier a même a même invité M. Rebbah à participer à une conférence internationale dédiée à cette filière que son pays devrait organiser le 7 avril.

Le Royaume avait aussi noué un partenariat avec l’Allemagne en juin 2020, pour développer la production de cette ressource et la mise en place de deux projets de recherches et d’investissements, notamment le projet «Power-to-X».