EN ATTENDANT LA REPRISE

LE MINISTRE DE L’HABITAT S’ATTAQUE À LA CRISE DU MARCHÉ IMMOBILIER

Le plan de relance devra être inclusif, résilient et porteur de solutions innovantes.

La ministre de l’Habitat, Nouzha Bouchareb, travaille sur une feuille de route pour optimiser la reprise du marché de l’immobilier. Marché fortement impacté par la crise covid-19, et ce à l’image des autres secteurs. Selon la ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et de l’Habitat, «dès le début du confinement, l’impact a été ressenti en premier lieu sur les chantiers de construction. Aujourd’hui, l’arrêt des chantiers est quasi total sur l’ensemble du pays».

Arrêt qui ne peut continuer indéfiniment sous peine de fortes répercussions économiques et sociales sur l’ensemble du tissu économique national. Les professionnels du secteur n’ont cessé d’attirer l’attention sur la dégradation plus qu’alarmante de la situation de l’immobilier. Ainsi, selon le dernier bulletin des indices des prix des actifs immobiliers publié par Bank Al Maghrib et l’ANCFCC, les transactions immobilières ont connu une forte chute.

Un effet systémique
Aussi, concernant le volume des transactions, l’interprofession n’a pas manqué de remonter des chiffres alarmants à la tutelle: «L’effet confinement a eu des conséquences lourdes en termes de restrictions de la mobilité. Du coup, il y a eu un impact direct sur les transactions et les actes commerciaux avec des baisses de ventes qui oscillent entre 50 et 95%», résume la ministre. C’est dire qu’il y a un effet systémique sur l’ensemble de l’écosystème: cela va des bureaux de vente et agents immobiliers jusqu’ aux études de notaires. La prochaine étape nourrit beaucoup d’espoirs et d’attentes mais aussi des craintes. En tout cas, le déconfinement devrait logiquement débloquer la situation. Mais ce n’est pas acquis.

Le ministère de l’Habitat est bien plus que conscient puisqu’il planche depuis peu sur un plan de relance qui repose sur plusieurs leviers. Un plan de relance qui repose sur plusieurs leviers. Selon la ministre, «nous sommes partis sur la base d’un dépouillement de données exhaustives du terrain. L’objectif est de cartographier les chantiers, leur taille, leur capacité à gérer la crise, le nombre d’ouvriers amenés à revenir au chantier... » Le challenge est de relancer l’activité avec le défi d’éviter l’apparition de nouveaux foyers/clusters favorables à la contamination, insiste la ministre.

A cet effet, des instructions strictes sont données avec des guides et des mesures de sécurité ainsi que des gestes barrières qui seront observés dans les chantiers. «La relance devrait s’inscrire en continuité avec les mesures prises... Le plan de relance devra être inclusif, résilient et porteur de solutions innovantes», souligne avec insistance la ministre.

Concrètement, ce plan tant attendu sera articulé en deux temps. Dans un premier temps, il s’agit de «redémarrer progressivement afin de préserver les acquis, notamment au niveau des entreprises du secteur. Cela passera par l’instauration d’une série de mesures d’ordre fiscal, l’assouplissement administratif et procédural... afin de rétablir la confiance», promet la ministre. Quant à la seconde phase, elle sera déclinée en une batterie de mesures orientées plutôt acquéreur afin de stimuler la demande. «Aujourd’hui, quelles que soient les actions retenues pour dynamiser le secteur du point de vue économique, le dernier mot reviendra au consommateur, à l’acquéreur», tient à préciser, à juste titre, Nouzha Bouchareb.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger