Emploi : C'est parti pour le programme Awrach

Awrach concerne prioritairement des personnes ayant perdu leurs emplois à la suite de la pandémie du Covid-19 et les personnes ayant des difficultés d’accès aux opportunités d’emploi, sans exigence de qualifications.

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a signé, le mercredi 12 janvier 2022, une circulaire concernant le lancement du programme Awrach, qui vise à créer 250.000 emplois directs dans des chantiers temporaires au cours des années 2022 et 2023. Le programme sera lancé, dans une première phase, au niveau de 10 provinces avant sa généralisation à toutes les régions du Royaume. Les provinces concernées par la première phase sont M’diq-Fnideq, El Hajeb, Er-Rachidia, Azilal, Nouaceur, Al Haouz, Figuig, Oued Eddahab, Sidi Kacem et Taroudant.

Pendant la durée de sa mise en oeuvre, le programme bénéficiera directement à environ 250.000 personnes dans le cadre de contrats conclus par des associations de la société civile, des coopératives et des entreprises, à travers des nominations et des contrats de travail. Awrach, qui s’inscrit dans le cadre du programme gouvernemental 2021-2026, concerne prioritairement des personnes ayant perdu leurs emplois à la suite de la pandémie du Covid-19 et les personnes ayant des difficultés d’accès aux opportunités d’emploi, sans exigence de qualifications. A cet effet, le gouvernement a alloué une enveloppe financière de près de 2,25 milliards de dirhams pour l’année 2022.

Appui à l’intégration durable
Le programme se compose de deux volets, le premier porte sur des ateliers publics temporaires d’une durée moyenne de 6 mois, et le second concerne des ateliers d’accompagnement à l’insertion durable. Les chantiers publics temporaires, qui s’adressent à environ 80% du nombre total de bénéficiaires du programme, visent à répondre aux besoins des citoyens en termes d’infrastructures, et envisagent également la mise en oeuvre de travaux et d’activités à caractère temporaire qui relèvent de besoins liés à l’utilité publique.

Il s’agira de la construction de chaussées, la restauration de monuments et d’équipements publics, le reboisement, la préparation d’espaces verts, la lutte contre la désertification et l’ensablement, la numérisation d’archives, les activités culturelles et sportives et les encadrements pédagogiques ponctuels.

Quant aux chantiers d’appui à l’intégration durable, ils concernent la prise en charge de services destinés aux individus, aux familles et à la communauté, qui sont spécifiques à certaines régions, comme l’alphabétisation, l’enseignement primaire, la prise en charge des personnes âgées, les activités sportives et culturelles, l’alimentation scolaire et les services paramédicaux.

A noter que l’État prendra en charge les dépenses liées aux salaires, la part patronale et l’assurance accidents du travail au titre de la couverture sociale. L’État accordera également une subvention pour stimuler l’emploi d’un montant de 1.500 dirhams par mois pendant une durée de 18 mois pour chaque bénéficiaire.