L’EMPLOI EN ACTION

RÉUNION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’ANAPEC

Le but de l’ANAPEC n’est autre que d’assurer une mission de service public universel d’emploi, au service de tout citoyen marocain.

Au moment où le ministre du Travail et de l’insertion professionnelle, Mohammed Amkraz, qui a présidé le conseil d’administration de l’ANAPEC, le vendredi 10 juillet 2020, s’inquiète sur les pertes éventuelles de postes d’emploi, suite aux répercussions néfastes de la crise sanitaire liée à la Covid-19, Abdelmounaïm Madani, le directeur de l’ANAPEC, rassure en dressant un bilan des activités 2019 de l’Agence des plus encourageants.

En effet, l’année 2019 a été une année exceptionnelle pour l’ANAPEC du fait que les bilans quantitatifs et qualitatifs des programmes actifs de l’emploi sont toujours en évolution positive, de même que le processus de régionalisation et de déconcentration qui a été bien assimilé et ancré dans les territoires. En plus l’ANAPEC s’est ouverte durant l’année 2019 sur son environnement socio- économique. Objectif: accompagner toutes les branches professionnelles dans leur processus de recrutement et satisfaire leurs besoins en ressources humaines par les compétences nécessaires qualifiées.

Au total, pour Abdelmounaïm Madani, le bilan des programmes de promotion de l’emploi reste globalement positif. Il touche aussi bien la promotion de l’emploi salarié que l’amélioration de l’employabilité sans oublier l’appui à l’auto-emploi.

En effet, selon le directeur de l’Agence, durant l’année 2019 «118.308 insertions ont été réalisées au total dans le cadre des programmes de promotion de l’emploi salarié Idmaj et Tahfiz, soit un taux de réalisation de 125% de l’objectif de l’année 2019 (95.000) contractualisé avec le Conseil d’Administration de l’ANAPEC et une progression de 9% comparativement à l’année 2018».

Quant au dispositif d’amélioration de l’employabilité, il se décline en trois programmes phares que sont la formation contractualisée pour l’emploi (FCE), la formation qualifiante et de reconversion (FQR) et le dispositif d’appui aux secteurs émergents (FSE). Ce dernier dispositif permet, en effet, de répondre aux besoins en compétences des investisseurs des secteurs de l’off-shoring, de l’aéronautique, de l’automobile, de l’électronique et des énergies renouvelables et efficacité énergétique, via des formations sur mesure. Pour ce qui est, enfin, de l’appui à l’auto-emploi, l’action de l’ANAPEC a été recentrée, depuis ces dernières années, sur l’orientation entrepreneuriale des jeunes. Ainsi, à fin décembre 2019, l’activité Auto Emploi a connu l’inscription de pas moins de 4.991 candidats. Au même moment, 4.806 candidats ont bénéficié d’un accompagnement et 2.066 activités socio-économiques ont été créées.

Le monde rural a constitué en 2019 une préoccupation majeure pour l’ANAPEC. Les orientations royales pour se rapprocher du monde rural et l’accompagner dans son développement sont bien présentes dans la politique de l’ANAPEC. À cet effet, plusieurs actions de proximité en faveur des exploitants agricoles en quête de compétences et des jeunes ruraux en recherche d’emploi ont été menées.

L’année 2019 a été, aussi, marquée par la mise en oeuvre du programme FBR (Financement basé sur le résultat) en coopération avec le MCA Morocco. Ce programme destiné à une catégorie de population non touchée par l’ANAPEC comme les non diplômés, les Neets, les jeunes en situation de vulnérabilité plus particulièrement les femmes.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger