L'émigration clandestine attire également les enfants de la rue

MINEURS NON ACCOMPAGNÉS

L’émigration clandestine est un phénomène qui ne se limite plus aux adultes mais s’étend aussi, depuis déjà quelques années, aux enfants. Selon des données révélées par les autorités espagnoles, ils sont plus de 8.000 enfants marocains hébergés dans des centres d’accueil en Espagne.

Mais leur nombre peut être beaucoup plus important que cela. Outre l’Espagne, la France souffre également de ce phénomène. On parle ainsi de la présence sur le sol français d’un millier d’enfants mineurs marocains qui errent dans les rues. Non seulement, ils sont non accompagnés mais leurs conditions de vie sont lamentables.

Ce problème avait trouvé une solution lors d’une visite de travail effectuée par le ministre français de la justice, Eric Dupond Moretti, qui a conclu un accord, en décembre 2020, avec son homologue marocain, Mohamed Ben Abdelkader.

L’accord conclu entre les deux parties prévoit la mise en place d’un mécanisme négocié pour le rapatriement des enfants marocains. Le statut des mineurs non accompagnés diffère grandement de celui des extrémistes ou des personnes radicalisées.

Le ministère français de l’intérieur n’expulse vers leur pays d’origine que ceux qui le souhaitent ou alors en accord avec le gouvernement du pays d’origine.