El Othmani jette un nouveau pavé dans la marre

Le gouvernement propose aux syndicats une retenue sur salaires des fonctionnaires

Face à la grogne des syndicats, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, s’est voulu rassurant vis-à-vis des fonctionnaires. Un discours trahi par la proposition controversée de retenue sur le salaire.

Tenant une réunion lundi 30 mars 2020 avec les représentants de l’UMT et de la CDT, de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) et de l’Union nationale du travail au Maroc (UNMT), Saad Eddine El Othmani, chef du gouvernement, a fait savoir que la suspension des promotions dans la fonction publique était temporaire. Retardées à cause de l’urgence sanitaire, ces promotions auront un effet rétroactif, a-t-il précisé. Mais sa proposition de retrancher trois jours des salaires des fonctionnaires a trahi son discours rassurant. Une proposition qui n’a pas été tranché, sachant qu’à l’heure actuelle les syndicats n’ont pas une position commune pour cette proposition comme celle de la suspension ou du retardement des promotions dans la fonction publique.

Pour la CDT du moins, la question de la retenue sur salaire n’est pas une option à discuter. Un membre du bureau exécutif de la centrale nous confie que son syndicat a proposé que la participation reste volontaire. «Tous les fonctionnaires qui souhaitent contribuer au fonds spécial de gestion de la pandémie sont libres de le faire et selon leurs moyens», précise-t-il.

Position commune
Quant aux concours de recrutement annulés, El Othmani a expliqué qu’il s’agit de postes programmés en 2019 et qui seront supprimés à fin juin prochain devant l’incapacité à les organiser dans les conditions actuelles. Représentée lors de cette réunion par son secrétaire général adjoint, Mohamed Zuiten, l’UMT a exigé la protection des travailleurs du secteur de la santé, dont la nature du travail impose un contact direct avec les personnes infectées par le coronavirus. La centrale a également exprimé sa crainte de voir certaines entreprises exploiter la situation actuelle pour licencier des travailleurs.

La Confédération démocratique du travail (CDT) a rappelé, pour sa part, les principaux points de sa correspondance adressée au Chef du gouvernement le 25 mars dernier. La centrale, représenté par son SG adjoint, Khalid Alami Lahouir, avait insisté sur l’importance d’ouvrir les consultations avec les syndicats avant la prise de décisions gouvernementales impactant directement les travailleurs. Elle a appelé à trouver une solution rapide aux catégories professionnelles fortement impactées par cette situation et ne bénéficiant pas du «Ramed». Il s’agit notamment des transporteurs et des chauffeurs de taxis.
 

Somme toute, une position commune des syndicats est attendue dans les prochains jours. Elle sera comme un garde-fou contre certaines décisions improvisées et démotivantes du chef du gouvernement.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger