El Othmani fait (encore) des siennes

CONFLIT DU PROCHE-ORIENT

Le chargé d’affaires d’Israël n’a, pour le moins, pas goûté les mots de félicitations du Chef du gouvernement à l’égard du Hamas.

Diplomatiquement parlant, le chargé d’affaires d’Israël au Maroc, David Govrin, n’avait bien sûr pas à réagir aux félicitations adressées par le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, au mouvement palestinien du Hamas pour sa soi-disant victoire contre l’État hébreu lors de la récente crise les ayant opposés au Proche-Orient.

Le diplomate israélien a, ainsi, posté dans la journée du 25 mai 2021 sur le réseau social Twitter un message se posant la question de savoir comment M. El Othmani pouvait tenir une telle position, sachant que le Hamas est directement soutenu par l’Iran -le chef du bureau politique de l’organisation, Ismaël Haniyeh, a d’ailleurs remercié le régime de la République islamique pour son appui militaire dans ses frappes ayant visé le territoire israélien. Lequel Iran contribue également par ailleurs à renforcer le mouvement séparatiste du Front Polisario dans la région du Sahara; raison pour laquelle le Maroc a, depuis mai 2018, rompu avec lui.

M. Govrin a, par la suite, fini par retirer son message, peut-être sous la pression des nombreux internautes marocains qui n’ont pas goûté sa sortie et l’on taxé d’ingérence, ou peut-être suite à une intervention de la part de Rabat ou/et de Tel-Aviv, sans compter que lui ou éventuellement la diplomatie israélienne auraient à la base pu vouloir procéder de la sorte, c’est-à-dire faire passer un commentaire public prévu pour une durée limitée dans le temps, mais une durée suffisante pour que tout un chacun puisse en prendre acte.

Se refaire une virginité
Quoi qu’il en soit, ce commentaire n’est, ceci dit, pas vraiment dénué de bon sens, et il interpelle plus généralement sur le jeu trouble de M. El Othmani, qui d’un côté signe de son plein gré l’accord rétablissant les relations avec Israël -en revendiquant, dans un discours diffusé en ligne, son statut de numéro 2 dans la hiérarchie de l’État-, tandis que de l’autre il essaie de laisser transparaître l’image du bon samaritain soucieux des grandes causes de la Oumma.

Que lui tienne à coeur le sort des Palestiniens, cela est bien sûr la moindre des choses, et la société marocaine a, dans l’ensemble, été émue par les torts que leur ont fait subir les forces d’occupation israéliennes notamment dans le quartier de Cheikh Jarrah, dans la ville d’Al-Qods, et elle l’a fait savoir au cours des nombreuses manifestations s’étant déroulées le 16 mai 2021 partout dans le Royaume.

Mais les Palestiniens ne sont pas le Hamas, tout comme le Hamas n’est pas les Palestiniens, et ce qui ressort en vérité de tout cela, c’est que M. El Othmani se soucie davantage de son image et celle de son Parti de la justice et du développement (PJD) que de la première cause de son pays, qui est celle du Sahara. Car impossible de ne pas se rendre à l’évidence qu’il est en train d’essayer de se refaire, dans la perspective des législatives du 8 septembre 2021, une virginité; autrement pourquoi n’a-t-il pas d’ores et déjà rendu son tablier si la politique menée par son propre gouvernement ne lui correspond pas? Quel crédit donner à sa soi-disant sincérité?

Que M. El Othmani cherche à rester chef du gouvernement, soit. Mais qu’il se rappelle que ce qu’il brigue, c’est Chef du gouvernement du Royaume du Maroc. Pas celui des islamistes.