"El Mundo" fait feu de tout bois

John Bolton déverse sa haine contre le Maroc

Le quotidien espagnol El Mundo a publié une longue interview de John Bolton, l’éphémère conseiller de l’ancien président américain Donald Trump. Il accuse le Maroc d’être à l’origine du blocage du processus de règlement du conflit du Sahara.

L’ancien conseiller à la sécurité nationale de l’ex-président américain Donald Trump, est considéré à juste titre comme un ennemi historique du Maroc tant ses attaques systématiques contre l’intégrité territoriale du Royaume sont nombreuses et connues de tous.

La dernière en date a été, sans aucun doute, la très controversée interview accordée au quotidien espagnol El Mundo, publiée le dimanche 20 juin 2021. L’éphémère conseiller de l’ex-locataire de la Maison blanche accuse le Maroc d’être à l’origine du blocage du processus de règlement du conflit du Sahara.

Rien que ça. Et pour cause, selon John Bolton, le Maroc refuse l’organisation du fameux référendum, une option que même les Nations Unies ont dû abandonner tant sa mise en oeuvre est suspendue à la difficulté de recenser la population sahraouie. Une telle consultation référendaire a été abandonnée en raison également du désaccord dû au fait qu’Alger a voulu imposer un corps électoral comprenant uniquement des Sahraouis favorables au séparatisme, en excluant de fait les unionistes, sans oublier les Marocains non-Sahraouis assimilés par la propagande pro-algérienne à des “colons”.

La sortie médiatique pour le moins hasardeuse de ce diplomate américain en mal de notoriété intervient quelques semaines seulement après son appel inespéré au nouveau président américain, Joe Biden, pour annuler la décision de Donald Trump par laquelle les Etats Unis d’Amérique avaient reconnu, le 10 décembre 2020, la souveraineté marocaine sur son Sahara.

Une sortie hasardeuse
Une reconnaissance historique qui a renforcé les liens d’amitié et de fraternité entre les deux pays. Mais visiblement, la décision officielle américaine n’a pas été du goût de John Bolton, qui n’apprécie pas que le Maroc soit victorieux sur ce dossier aux dépens d’une Algérie boudée sur le plan international.

Si les positions anti-marocaines de John Bolton ne sont plus un secret pour personne, il n’en demeure pas moins que les commentateurs ne comprennent pas pourquoi le journal El Mundo donne la parole à un ennemi du Maroc alors qu’il oublie ou feint d’oublier que son propre pays affronte le séparatisme des catalans. Un séparatisme historique qui provoque un casse-tête monstrueux pour les autorités espagnoles.

A.A