Résultats des élections 2021: Enfin, l'USFP se reprend

Le score réalisé par l’USFP aux élections 2021 est de très loin plus honorable que celui du PJD, fortement laminé.

Selon les résultats presque définitifs communiqués par le ministère de l’Intérieur, le RNI sort largement gagnant du scrutin législatif du 8 septembre 2021 avec 102 sièges suivi du PAM avec 87 sièges, l’Istiqlal avec 81 sièges et de l’USFP avec 34 députés.

La plus grande surprise de ce rendez-vous électoral marqué par un taux de participation de 50,35%, est l’effondrement spectaculaire du PJD qui n’a récolté que 12 maigres sièges alors qu’il avait gagné les législatives de 2015 par un score de 125 sièges. La seconde et non moins importante surprise est celle du retour de l’USFP parmi les partis qui ont toujours compté dans l’équation politique nationale. Après avoir réussi l’expérience du gouvernement de l’alternance, le parti de la rose n’a pu satisfaire toutes les aspirations des électeurs qui lui ont fait confiance. Epuisé par l’épreuve du pouvoir, il se retrouva relégué à une sixième place. Une sorte de vote-sanction.

Résignés et découragés par cette situation inconfortable, ses militants et ses cadres, notamment, les plus actifs et les plus sincères se sont en éloignés progressivement de l’organisation du parti. Toutes les tentatives de la direction du Hizb, pour les faire revenir au giron du parti se sont révélées vaines. Il a fallu attendre les quelques derniers mois précédant les élections de 2021 pour voir, notamment à Casablanca, plusieurs compétences et figures de proue (universitaires, avocats, journalistes, etc.) de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), décider de se réconcilier entre eux, en vue de se lancer dans la course aux prochaines élections.

Leur but n’était autre que de sauver la métropole casablancaise. Métropole dont la gestion laisse trop à désirer. L’initiative de cette réconciliation pour cimenter les rangs de tous les ittihadis de la métropole a grandement contribué à faciliter la constitution des listes électorales pour les élections législatives et locales. Le tout en tenant compte des compétences et en accordant une bonne place aux jeunes et aux femmes. Grace à la bénédiction des organes dirigeants du parti, cette initiative et d’autres ont permis, ainsi, à l’USFP de couvrir l’ensemble du territoire national en vue de redonner au parti le rang qu’il mérite.

Cimenter les rangs
Confiant dans ses potentialités, le parti a retrouvé un certain dynamisme en organisant une campagne électorale sous le signe fédérateur «Le Maroc d’abord». Une campagne mobilisatrice à la hauteur des nouveaux défis auxquels fait face le Royaume. D’ailleurs, les citoyens marocains ont répondu à cet appel et n’ont pas hésité à se rendre, le 8 septembre 2021, aux bureaux de vote pour donner une autre chance aux candidats de l’USFP. Le résultat ne s’est fait pas attendre: le parti a fini par briguer le quatrième rang sur l’échiquier politique du Royaume.

Certes, dans certaines circonscriptions électorales urbaines et à forte densité démographique, le nombre de voix récoltées par le parti reste, notamment à Casablanca, relativement modeste. Mais le score est de loin beaucoup mieux que celui de celui des islamistes. Fort sévèrement laminés, après une décennie passée au pouvoir qui ne leur a pas du tout réussi.