Élection de la chambre des conseillers: Le PJD rejette ses trois sièges

C’est un communiqué pour le moins original que celui dont s’est fendu, mercredi 6 octobre 2021, le secrétariat général du PJD, à l’issue de sa réunion tenue sous la présidence de Saâd Eddine El Othmani, secrétaire général du parti.

La réunion a été consacrée à l’évaluation des résultats des élections de la Chambre des conseillers. Le PJD n’a obtenu que 3 sièges. Le secrétariat général considère que les élections n’ont pas été transparentes et du fait qu’il n’a pas conclu d’accord avec aucun parti, le nombre de voix obtenu par chacun des trois élus dépasse de loin les seuls votants PJD. Le secrétariat général du PJD conclut que vu que les voix obtenues par ses candidats est illogique, donc inacceptable et de ce fait rejette ces résultats et ne se considère pas concerné par les résultats de la deuxième chambre. Il appelle les trois conseillers PJD à présenter leur démission selon les règles d’usage.

Il faut dire que dès après l’annonce des résultats, plusieurs voix au sein du parti se sont élevées pour demander le rejet des trois sièges. Abdelilah Benkirane, ancien secrétaire général du parti et ancien Chef du gouvernement, aurait exprimé ses regrets et demandé à rejeter les trois sièges. C’est Amina Maelainine, dirigeante du parti, qui a relayé les propos de M. Benkirane. Pour elle, les trois sièges sont une forme de «charité ou une aumône électorale rejetée».

L’ancien ministre Mohamed Najib Boulif a, lui aussi, affirmé que «les sièges obtenus sont immérités et incompréhensibles et ne reflètent pas la réalité des résultats obtenus lors des élections du 8 septembre et la carte politique qui en a émergé».

Même son de cloche du dirigeant PJD Abdessamad El Idrissi. Il a relevé que «cette absurdité doit être rejetée, le cadeau en politique doit être refusé et il ne faut pas accepter ces sièges»…

Certes, la logique arithmétique plaide en faveur des prises de position pjdistes. Sauf qu’il ne s’agit pas de science exacte. Qui empêche un élu PSU ou UC, voire même PAM de voter PJD? La défaite du PJD au scrutin du 8 septembre a été dure à avaler. Mais est-ce pour autant dire que les élections ont été falsifiées et trafiquées au point de lui faire cadeau de trois sièges à la deuxième chambre? Difficile de suivre une telle logique.