QUAND L’EAU LIMITE LA CROISSANCE

UNE NOUVELLE ÉTUDE DU HCP

La consommation totale d’eau doit être intégrée dans la planification économique.

Selon le numéro 14 des Brefs du Plan du Haut-Commissariat au plan (HCP), intitulé «Modélisation de la consommation en eau intersectorielle dans l’économie marocaine», la consommation totale d’eau doit être prise en considération dans la planification de l’économie productive du Royaume et ce, pour éviter qu’un manque de cette ressource ne freine l’activité de plusieurs secteurs. Cette étude illustre que la structure économique du pays est basée sur des secteurs qui consomment les plus grandes quantités d’eau, directement et indirectement. Et comment l’eau, non reconnue comme facteur de production, risque d’être un facteur limitant la croissance des secteurs essentiellement productifs.

Les données sur la consommation directe d’eau révèlent que la quantité d’eau consommée par le secteur primaire est beaucoup plus importante que celle consommée par les secteurs de l’industrie et des services, avec une consommation en eau d’environ 9 milliards de mètres cubes par an, contre environ 1,28 milliard de mètres cubes par an, en ordre respectif. «Ces statistiques mettent en évidence la loi bien connue selon laquelle l’agriculture est le principal utilisateur des ressources en eau au Maroc.» souligne le HCP. Ce n’est pas une révélation. Le secteur qui consomme le plus les ressources hydriques du pays est l’agriculture. Mais le document du HCP apporte une précision supplémentaire.

Consommation directe
Le secteur pèse pour 87% de la consommation directe annuelle en eau du Royaume. Il est suivi des secteurs administration publique/ Education/Santé (5%), BTP (2%), commerce (1%), Electricité et eau (1%) et Hôtels et restaurants (1%). Les 3% restants sont partagés entre d’autres secteurs.

Ainsi, selon le HCP, la consommation d’eau des secteurs de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture est élevée par rapport à leurs productions respectives. Par conséquent, ces secteurs sont des exemples typiques de secteurs stratégiques de l’économie marocaine ayant une faible efficacité d’utilisation de l’eau.

Dans le domaine de l’industrie et surtout des services, certains sous-secteurs tels que le bâtiment, l’administration publique, l’éducation et la santé, leur consommation directe est importante. Toutefois, la consommation par unité produite n’est pas aussi élevée qu’il n’y paraît à première vue.

Le HCP note toutefois que les secteurs qui ont obtenu une faible consommation directe par unité produite, tels que les industries alimentaires et tabac, les industries du textile et du cuir, les autres industries manufacturières hors raffinage de pétrole, les hôtels et restaurants et les activités financières et assurances, ont, eux aussi, une forte utilisation indirecte de l’eau. «L’analyse de l’indicateur de la consommation en eau indirecte démontre que la consommation d’eau des secteurs de l’industrie et des services a fortement augmenté », précise le HCP.

Ce fait est généralement ignoré dans les politiques qui se concentrent entièrement sur les valeurs mineures de la consommation directe d’eau par ces secteurs. Dans ce sens, les secteurs tels que le commerce, l’industrie alimentaire, les hôtels et restaurants et l’eau et l’électricité, entre autres, consomment directement une faible fraction de l’eau. Toutefois, leur indicateur de consommation totale (indirecte + directe) est élevé. Cela signifie que la demande de ces secteurs de pointe contrôle les résultats que les autres secteurs doivent produire pour satisfaire cette demande. Par conséquent, cette étude met en relief que la consommation totale d’eau doit être prise en compte dans la planification de l’économie productive du pays.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger