Driss Azami Idrissi, nouveau maire de Fès

Azami


Avec ses allures d’intello et ses parcours académique et professionnel  remarquables, Driss Azami Idrissi, tombeur de Hamid Chabat  dans la course à la mairie de Fès, s’érige comme l’antithèse de son  rival. Né le 16 septembre 1966, dans le quartier Bab Khoukha, à Fès, l’actuel  ministre délégué chargé du budget est l’aîné de 14 soeurs et frères, dont le  père était enseignant à Meknès et Fès, avant de s’installer à Oulad Azam,  dans la province de Taounat.


C’est dans ce petit village que M. Azami effectue ses études primaires,  avant de décrocher son baccalauréat option sciences expérimentales,  au Lycée Al Ouahda à Taounat en 1984. M. Azami entame son parcours  universitaire à l’université Sidi Mohammed Benabdallah de Fès, où il  obtient une licence en chimie en 1989, puis s’envole vers la  France. Il obtient un diplôme d’études approfondies en  chimie appliquée de l’Université de Poitiers en 1990,  suivi d’un doctorat du même établissement en 1993.  Cela ne l’empêchait pas de s’intéresser à d’autres  domaines comme l’économie, la gestion ou encore  l’administration, obtenant au passage diplômes  supérieurs au Maroc et en France.


Cette assise académique solide a permis à M.  Azami de s’imposer facilement à la direction  des impôts du ministère des Finances. Il rejoint  par la suite la direction du Trésor et des finances  extérieures, où il gravit les échelons de 2003  jusqu’à sa nomination par le Roi Mohammed VI  au poste de ministre délégué, le 3 janvier 2012. M.  Azami a été également représentant du Maroc aux  Conseils d’administration de la Banque arabe pour  le développement en Afrique (BADEA), de la Société  maroco-libyenne d’investissement, et membre du comité  exécutif du Groupe d’action de l’efficience du soutien public a u  développement, un département relevant de l’OCDE (Organisation de  coopération et de développement économique).


Au sein du PJD, M. Azami est l’une des principales têtes pensantes. Ses  capacités intellectuelles, ainsi que ses qualités humaines lui ont permis de  gagner le confiance du patron du parti et actuel Chef du gouvernement,  Abdelilah Benkirane. Toutefois, M. Azami n’a intégré le secrétariat général  du parti que lors du dernier congrès national de 2012. Sa contribution  était plutôt intellectuelle qu’organisationnelle. En effet, il encadrait, à  partir de 1997, l’action du groupe parlementaire du parti dans les dossiers  économiques, et contribuait à l’élaboration des programmes électoraux  du PJD à partir des communales de 2003.


Fort de ses 72 sièges sur 97 remportés à Fès, M. Azami peut appliquer  facilement son programme électoral, dont le mot d’ordre est la bonne  gouvernance. Au premier plan, résoudre les problèmes d’équipement dans  un grand nombre de quartiers de la ville, et donner un nouveau souffle  à l’investissement afin de redonner à la cité spirituelle son éclat d’antan.  Quant à la problématique de l’insécurité, qui entache l’image de la ville,  le futur maire de Fès compte mettre tous les moyens nécessaires au profit  des autorités locales pour lutter contre la criminalité.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger