BP swipe-970x250

Drame de Mélilia : L'Espagne rechigne à répondre aux accusations du Conseil national des droits de l'Homme

Le ministère espagnol de l’Intérieur a réagi, jeudi 14 juillet 2022, de manière discrète, au rapport du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) qui fait assumer à l’Espagne une part de responsabilité de l’Espagne dans le drame de Mélilia du 24 juin dernier.

Des médias espagnols rapportent ainsi que des sources au ministère espagnol de l’Intérieur ont avancé que les éléments de la Garde civile «ont intervenu dans le cadre juridique national et international et toujours avec des critères de proportionnalité et en plein respect des droits de l'Homme».

Le même jour, la ministre de la Politique territoriale, porte-parole du gouvernement espagnol, Isabel Rodriguez, n’a pas souhaité, elle aussi, commenter le rapport du CNDH, après insistance de la part de la presse ibérique. Elle s’est contentée de dire que «le Maroc est un partenaire fiable et avec lequel l'Espagne doit entretenir de bonnes relations dans le domaine des flux migratoires et de l'économie».

Mercredi 13 juillet, dans un rapport sur ces événements tragiques ayant coûté la vie à 23 migrants, le CNDH a souligné «l’hypothèse de survenance de violences derrière la clôture en raison de la réticence ou de l’hésitation des autorités espagnoles à fournir l’assistance et les secours nécessaires, malgré les bousculades et l’accrochage des migrants devant les portes tourniquets restés hermétiquement fermées; ce qui a eu pour effet probable une aggravation du nombre de décès et de blessées».

M.K.

 

Articles similaires