Le don d’organes pour sauver les malades

Les insuffisantes rénaux victimes d’une grave situation sanitaire provoquée par le Covid-19

Difficile de décrire la souffrance insupportable des insuffisants rénaux, qui s’est aggravée dans le sillage de la crise du Covid-19. Centres d’hémodialyse sans ressources, malades désemparés et absence totale de la culture de don d’organes, autant de problèmes qui plongent les patients dans des situations pour le moins indescriptibles.

Les malades atteints d’insuffisance rénale comme les cancéreux sont indirectement les plus touchés par la pandémie du Covid-19. Et ce dans le sens où les centres d’hémodialyse où ils se font soigner ne disposent plus de moyens suffisants pour les accueillir. C’est le cas, notamment, de la fondation Amal, qui gère plus de 25 centres à travers le pays et prodigue gratuitement les soins à plus de 1.200 malades.

Son président, Mustapha Faouzi, en appelle aux autorités pour intervenir pour sauver ces centres. Depuis l’éclatement de la crise du Covid-19 en mars 2020, la fondation Amal, selon son président, ne reçoit plus d’aide de l’Etat et les fonds versés par les mécènes ont baissé de 60%. Une situation financière délicate qui met sérieusement en danger la vie d’un millier de personnes malades en plus de leurs conditions économiques et sociales désastreuses.

Au Maroc, une séance d’hémodialyse revient à plus de 800 dirhams. Plus de 33.000 personnes sont atteintes d’insuffisance rénale et leur nombre ne cesse d’augmenter d’année en année. L’Etat ne prend en charge que le tiers de cette population, soit environ 11.000 personnes. Mais au milieu de cette crise sanitaire profonde vient de naître une idée bienveillante et originale de solidarité qui consiste à lancer une campagne de sensibilisation et d’information sur l’importance du don et de la transplantation d’organes.

Lancée par l’association Reins, cette campagne, qui démarre ce vendredi 8 octobre 2021, est initiée à l’occasion de la journée mondiale du don et de la transplantation d’organes, célébrée le 17 octobre de chaque année. Cette opération se fixe comme objectif la motivation des citoyens pour le don afin d’aider à l’essor de cette solution thérapeutique.

Un acte de générosité
La campagne vise également à sensibiliser davantage sur l’importance de cet acte de générosité et de solidarité qui sauve des vies en recourant au net pour mobiliser et soutenir toutes les composantes de la société marocaine, en particulier les professionnels de la santé et les médias afin de contribuer à ancrer la culture du don chez les citoyens marocains.

Des efforts énormes ont été déployés sur les différents aspects de sensibilisation: livres, film, chanson, dépliants, affiches, rencontres, séminaires, réseaux sociaux avec un objectif prioritaire cette année, à savoir la sensibilisation des jeunes via des activités digitales. Depuis sa création, l’association Reins s’est fixé comme principal objectif de développer la transplantation rénale et de tout mettre en oeuvre pour ce combat national. Une thérapeutique qui s’entoure d’un ensemble de représentations culturelles autour de la perception du corps, du don et de la mort.

Selon l’association, les citoyens montrent une attitude globalement favorable vis-à-vis du don et de la transplantation d’organes, mais un passage à l’acte très limité nécessitant encore plus d’efforts pour faire connaitre les valeurs de ce don.