Enquête sur la diversité des genres dans le monde du travail au Maroc

INITIÉE PAR LA BANQUE MONDIALE

Seulement 2% des entreprises marocaines ont une femme comme PDG et les sociétés cotées ne comptent que 18% de femmes dans leurs conseils d’administration ou de surveillance.

La Société financière internationale (IFC), membre du groupe de la Banque mondiale, et le Club des Femmes Administrateurs au Maroc (CFA), association à but non lucratif dédiée à la promotion de la bonne gouvernance et de la diversité des genres au sein des conseils d’administration, ont lancé une enquête pour recueillir des données approfondies sur le lien entre la diversité des genres et la performance des conseils d’administration et de surveillance des entreprises au Maroc.

Ce projet s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par IFC pour promouvoir la diversité des genres dans le monde du travail, y compris dans les plus hautes sphères des entreprises. Pour cette enquête, la première du genre au Maghreb, IFC et CFA vont recueillir des informations auprès de membres de conseils d’administration ou de surveillance d’entreprises marocaines via un questionnaire en ligne. L’enquête s’intéressera plus particulièrement à l’impact de la présence des femmes sur la performance desdits conseils.

Compétences managériales
Différentes études internationales ont montré que les entreprises dont les organes de gouvernance sont mixtes affichent de meilleures performances que celles dirigées exclusivement par des hommes. Or, au Maroc, seules 2% des entreprises marocaines ont une femme comme PDG et les sociétés cotées ne comptent que 18 % de femmes dans leurs conseils d’administration ou de surveillance.

«Cette enquête est importante car ses conclusions permettront d’expliquer comment la diversité des genres au sein des conseils d’administration ou de surveillance influence leur fonctionnement et leur efficacité. Nous espérons que l’enquête permettra d’aider à renforcer les compétences managériales des femmes et de mettre en lumière la valeur ajoutée qu’elles apportent à l’économie», a déclaré Amina Figuigui, présidente de CFA.

La promotion de la diversité des genres est l’une des priorités de CFA et d’IFC au Maroc car elle peut favoriser une croissance économique plus forte et inclusive. «IFC aide les entreprises à travers le monde à améliorer leurs pratiques en matière de gouvernance. Faire en sorte que les conseils d’administration soient plus diversifiés et plus inclusifs est un aspect essentiel de ce processus», a souligné Xavier Reille, directeur d’IFC pour le Maghreb.

«Cette enquête, qui s’appuie sur notre partenariat avec le Club des Femmes Administrateurs, arrive à point nommé puisque de nombreuses entreprises marocaines vont devoir se conformer aux nouvelles lois exigeant de renforcer progressivement la présence et la participation des femmes au plus haut niveau de la direction des entreprises», poursuit-il.