Disparition de Abdelkader El Badaoui, 88 ans

Un monstre sacré du théâtre marocain s'en va

Le milieu artistique national est en deuil. Il vient de perdre l’une de ses grandes figures les plus populaires et les plus respectées. Il s’agit de l’immense comédien et dramaturge marocain, Abdelkader El Badaoui, qui vient de s’éteindre, ven- dredi 28 janvier 2022, dans un hôpital de Rabat, à l’âge de 88 ans.

Natif de Tanger en 1934, le défunt fut l’un des pionniers du théâtre ma- rocain, ayant alterné, le long d’une carrière artistique de 50 ans, scéna- rios, réalisations et interprétations. Cofondateur de la troupe Théâtre El Badaoui, avec son frère Abderazzak El Badaoui, il compte à son actif plu- sieurs œuvres théâtrales et de productions télévisuelles.

Il laisse à la postérité une riche pa- lette de productions, «Al Hariboune», «Ghita», «Al Atiloune», «Yad Achar», «Ras Derb», «L’employé renvoyé», «Sacrifice et douleur», «Généalogie», en plus de plusieurs séries télévisées, comme «Namadij bachariya» et «Nafi-da Aâla Moujtamâa».

Monstre sacré du théâtre marocain et arabe, il a formé de nombreux comé- diens qui sont devenus des icônes du cinéma et de la télévision au Maroc. La méthode de Abdelkader El Badaoui a même été enseignée dans le cursus de plusieurs facultés des lettres au Maroc, de même que dans plusieurs pays arabes.

Le défunt laisse trois enfants, Karima, Hasnaa et Mohcine, qui, eux aussi, ont fait carrière dans le cinéma. Les funérailles du défunt ont eu lieu ce même vendredi après la prière d’Al Aâsr dans sa ville natale, Tanger.

A.A