"Nous discutons avec tous les partis sans exclusive"

Entretien avec Abdellatif Ouahbi, secrétaire général du PAM

Pour Abdellatif Ouahbi, la rencontre avec le secrétaire général du PJD était essentielle pour dépasser les malentendus du passé.

Dans quel cadre s’inscrit votre initiative d’aller à la rencontre des chefs de partis politiques marocains?
Comme vous le dites, nous sommes tous des partis politiques marocains. Cela veut dire que nous défendons tous les fondamentaux du pays et que notre objectif est de contribuer à son développement et à asseoir les règles de la démocratie. Pour nous, au PAM, nous n’avons le droit d’exclure aucune formation politique de nos contacts. Mon souhait le plus ardent est que cette démarche que nous avons initiée porte ses fruits.

Pourtant, votre rencontre avec le PJD a suscité plus de la polémique que quelque chose de constructif…
Je ne suis pas d’accord avec vous. Il n’y a pas mieux que le dialogue pour pouvoir construire ensemble. J’ai vu dimanche soir Saâd Eddine El Othmani, secrétaire général du PJD. Les discussions ont duré deux heures, sinon un peu plus.

Ni M. El Othmani ni moi-même ne sommes des néophytes, ceci pour vous dire que je ne m’attendais pas à ce que l’on noue une quelconque alliance avec le PJD, ni M. El Othmani n’avait cette idée. D’ailleurs, nous sommes un parti de l’opposition, et le PJD dirige la majorité. Mais notre devoir est de réfléchir ensemble, échanger pour essayer de trouver les solutions aux problèmes des citoyens. C’est cela, et rien d’autre, notre objectif au sein de la direction du PAM.

Comment s’est déroulée la rencontre avec M. El Othmani?
Je lui ai notamment dit que notre attitude au PAM à l’égard du PJD a changé. Il n’y a pas d’anathème ni de rejet. Notre discours à leur égard aussi a changé et nous nous interdisons de les attaquer sur leur référentiel religieux ou autre. J’ai fait part à M. El Othmani de nos remarques quant à leur attitude envers nous. Il a fait de même à notre égard… L’essentiel maintenant, c’est que nous avons ouvert cette brèche. Nous avons convenu de poursuivre les contacts tout en sachant que chacun a son positionnement et ses idéaux.

Concrètement, cela a donné quoi?
D’abord, briser la glace, c’est essentiel. Nous avons parlé, nous avons évoqué la situation actuelle du pays, avec la crise sanitaire et ses effets sur l’économie et sur la vie des citoyens. Le message que nous avons voulu adresser est que nous pouvons avoir des divergences avec d’autres partis, mais cela ne nous empêche pas de nous concerter avec eux pour l’intérêt du citoyen et du pays. Le citoyen lambda n’attend pas de nous de régler nos divergences, mais des réponses à ses questionnements. Personnellement, je n’ai aucun a-priori. J’expose ma vision et j’écoute ce que me disent les autres avec un esprit constructif.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger