UN DISCOURS SCHIZOPHRÈNE

Le gouvernement brandit la menace du reconfinement

Le spectre du retour au confinement est un véritable coup de massue sur l’économie nationale. Pourquoi alors parler de relance économique, de crédits Oxygène et Relance garantis à 80% par l’Etat (à travers la CCG), de loi de finances rectificative, du plan de soutien au tourisme en berne… quand on laisse entendre, sur un ton menaçant, un reconfinement?

Le 13 juillet 2020, le département de Abdelouafi Laftit, sur un ton menaçant, sort un communiqué dans lequel en réaction au “manque d’application (...) observé chez certains à travers des comportements irresponsables portant atteinte aux mesures préventives et sanitaires annoncées par les autorités publiques” pour mettre en garde que “celles-ci ne toléreront aucune légèreté dans le respect des mesures préventives adoptées, sous peine d’appliquer les dispositions répressives à l’encontre de toute personne qui violerait les règles établies,” prévient-il.

Le jour même, Saâd Eddine El Othmani, le Chef du gouvernement, dans une déclaration à la MAP, souligne que les relâchements comme ceux constatés à Tanger sont intolérables et risquent de pousser à un retour aux mesures préventives en période de confinement. Le lendemain, le 14 juillet, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, déclare à la presse qu’un relâchement face aux mesures sanitaires a été constaté dernièrement et qu’il serait dommage de perdre tous les résultats des sacrifices consentis jusqu’à aujourd’hui.

Que se passe-t-il? Pourquoi ce ton menaçant? Pourquoi avoir brandi la menace du retour au confinement alors que la situation épidémiologique du pays est globalement sous contrôle et que les cas de contamination déclarés cà et là ne devraient pas inquiéter pour autant, comparativement aux pays de la région, d’Europe et d’ailleurs? Il y a quelque chose qui échappe à la raison. Le gouvernement véhicule des messages de peur et de représailles de retourner au confinement. D’ailleurs, dans la rue, les rumeurs colportées font état d’un retour au confinement juste après l’Aïd (fête du mouton). Comme si les citoyens, que les messages de menace et de représailles ciblent en premier et sur lesquels ils font leur effet, en sont les premiers responsables.

Le gouvernement et le ministère de l’Intérieur en particulier oublient ou omettent qu’il existe une institution censée faire respecter le décret- loi relatif à l’état d’urgence sanitaire et aux mesures de prévention. S’il y a relâchement, et relâchement il y a, il est des deux côtés. Beaucoup plus des côtés des forces de l’ordre et des autorités locales qui ont vraiment lâché du lest. Les contrôles, on n’en envoie presque plus. Si c’est la fatigue, les citoyens aussi sont fatigués. Ils ont subi un confinement dur pendant trois mois et demi. Suivant ce raisonnement, on ne s’en sortira pas. C’est pour dire que la responsabilité doit être partagée. Mais qui le fera savoir au ministère de l’Intérieur qui, à l’instar de tous les membres du gouvernement, n’interagissent plus avec les journalistes et communiquent à coups de communiqués, sans donner d’explications?

Par ailleurs, le spectre du retour au confinement est un véritable coup de massue sur l’économie nationale. Pourquoi alors parler de relance économique, de crédits Oxygène et Relance garantis à 80% par l’Etat (à travers la CCG), de loi de finances rectificative, d’un plan de soutien au tourisme en berne… quand on laisse entendre un retour au confinement quelques semaines seulement après l’annonce du déconfinement progressif? Ce reconfinement assènera un coup de couteau fatal à la machine économique, encore grippée, et qui a besoin d’être huilée par un engagement effectif de l’Etat par l’investissement public et une vision à court et à moyen termes qui permettraient aux opérateurs économiques de tous bords et toutes tailles confondues, d’avoir une visibilité et de reprendre confiance dans l’Etat et l’avenir pour investir et freiner l’hémorragie de la perte d’emploi. Il faut absolument tenir un discours cohérent au lieu d’un discours schizophrène qui nourrit le doute et l’incertitude et dénote de l’hésitation!


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger