UN DISCOURS CODÉ

EL OTHMANI AU PARLEMENT

Le Chef du gouvernement rappelle que chaque pas visant à alléger le confinement doit se faire selon des critères précis. Mais il a oublié de préciser de quels critères il s’agit? Le flou reste total.

Qui mieux que lui peut en témoigner? Le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a déclaré, mardi 16 juin 2020, devant la Chambre des conseillers que le plan gouvernemental de gestion du confinement est une réussite. Lors de la séance des questions mensuelles dédiées à la stratégie du gouvernement, concernant les différentes stratégies de l’Exécutif pour le déconfinement et la levée de l’état d’urgence sanitaire, El Othmani a souligné que les buts du confinement sont réalisés: contrôle de la situation et limitation de la propagation du virus. Son avis est différent des épidémiologies et autres experts sanitaires, qui savent que le confinement sert à éviter une surcharge des établissements de soins, notamment par rapport à la capacité en réanimation.

Allégement progressif?
Bref, le Chef du gouvernement rappelle que l’allégement du confinement se fera de manière progressive, obéissant à plusieurs critères, dont beaucoup sont réunis. Il s’agit du nombre de tests de dépistage réalisés quotidiennement, qui a connu une nette évolution, le suivi des cas de Covid-19...

Le Chef du gouvernement rappelle que tout autre pas pour alléger le confinement doit se faire selon des critères précis. Mais il a oublié de préciser de quels critères il s’agit. Ce qui maintient le flou sur la fin du confinement et la réouverture des frontières. Concernant la relance économique et sociale, El Othmani rappelle que le gouvernement procède à un allégement progressif, basé sur une évaluation fournie par le ministère de la Santé, basée sur une dimension territoriale (Zone 1, Zone 2). Il s’agit d’une décision sanitaire avant d’être politique, a tenu à souligner le Chef du gouvernement.

Sauf qu’en réalité, c’est le ministère de l’Intérieur qui détient le pouvoir décisionnel. La redistribution des cartes des provinces et préfectures entre les deux zones peut servir par ailleurs à maintenir le suspense et prolonger à volonté le confinement. Ce sont, au final, les walis et les gouverneurs qui décideront. C’est à leur discrétion que telle ou telle ville sera confinée ou déconfinée.

Le seul point que le Chef du gouvernement n’a jamais traité dans cette équation inextricable, c’est l’état de santé mentale et financière de l’écrasante majorité des Marocains vivant dans la précarité. Qu’en pensent-ils? Leur avis compte-t-il vraiment? Sinon, on continuera toujours à considérer le peuple comme mineur et qu’il va falloir décider pour lui.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger