"La nouvelle diplomatie économique en Afrique", de Mohamed Harakat

Plaidoyer pour une diplomatie d’action et de projet

Vers une nouvelle diplomatie économique en quête d’une doctrine, d’une identité et d’une autonomie stratégique.

Malgré un monde de plus en plus complexe et affecté par un grave déficit de leadership international, Mohamed Harakat espère contribuer dans le cadre de ce monumental travail de recherche de pas moins de 500 pages (deux grandes Parties et 13 chapitres, une bibliographie riche et dense), à une meilleure compréhension des transformations qu’a connues la diplomatie économique dans une perspective globale, en essayant de répondre à des questions aussi intéressantes les unes que les autres de type quel est l’apport de la nouvelle diplomatie économique au développement durable de la population notamment en Afrique? Quels sont ses acteurs? Ses défis et ses enjeux? Quels sont ses nouveaux paradigmes et approches d’analyse? En quoi consiste l’impact de cette diplomatie sur le développement économique et social de la population?

Dans le cadre d’une perspective pluridisciplinaire de réflexion, d’imagination et d’action, et tout au long de ce stimulant travail de recherche, l’infatigable et éminent universitaire qu’est Mohamed Harakat, n’en dessine pas moins, les contours d’une doctrine de la nouvelle diplomatie économique en Afrique à travers l’énoncé d’une série de pistes de réflexion.

Ce continent, dit-il, «aura ici et maintenant, besoin d’une diplomatie forte, savante, de compétence, d’imagination et surtout d’autonomie et de profondeur stratégique», notamment pour faire face à l’émergence des nouvelles puissances (Chine, Russie, Inde, Turquie) disposant d’une doctrine, d’un imaginaire, d’une politique d’intervention et d’implantation en Afrique fondée sur l’audace intellectuelle et la ténacité opérationnelle. Il va de soi, observe –t-il, «qu’un tel projet sera toujours en gestation».

En démontrant la nécessité de la production d’un nouvel idéal-type d’analyse de la profondeur stratégique, le professeur Harakat insiste sur le fait que cette nouvelle diplomatie économique en Afrique doit revêt de multiples dimensions: géopolitique, géoéconomique, gouvernance, et surtout une responsabilité sociétal de l’État dans l’émergence d’une diplomatie d’action et de projet.