La DGST, fer de lance du royaume dans la lutte anti-terroriste

L'ONU s’associe au Maroc dans la lutte contre le terrorisme

La DGST a joué un rôle central dans beaucoup d’opérations antiterroristes menées dans le Sahel. Avec un système de renseignement hypersophistiqué, cette institution sécuritaire est devenue le passage obligé pour plusieurs pays pour des informations fiables sur les réseaux terroristes dans le monde.

Selon un document des Nations Unies, le Maroc s’est fortement engagé sur les scènes régionale et internationale en tant que partenaire crucial en matière de sécurité, de renseignement et de lutte contre le terrorisme. Il faut dire que la politique du Maroc en matière de prévention et de lutte contre le terrorisme relève d’une stratégie nationale cohérente, holistique et intégrée qui prend en compte l’ensemble des facteurs menant à la radicalisation et à l’action violente.

Comptant une trentaine de partenariats fructueux avec autant d’agences de renseignement dans d’autres pays, la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), chapeautée par le patron de la Direction générale de la Sureté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi, occupe une position privilégiée au sein de la communauté du renseignement, ce qui a conduit plusieurs pays, dont le Japon, la Russie, l’Australie, à se rapprocher de cette institution sécuritaire pour établir des partenariats formels, densifier les échanges d’informations et d’expertises et alerter sur les dangers qui guettent ces pays.

Consolidation de la sécurité
Sur le terrain, la région du Sahel, devenue le terreau de groupes terroristes affiliés à Daech ou Al-Qaïda, est le théâtre de plusieurs opérations où les renseignements fournis par la DGST ont permis la neutralisation de plusieurs opérationnels terroristes. Un exemple parmi tant d’autres au Sahel. L’opérationnel marocain Ali Maychou, alias Abou Abderahman al Maghrebi, considéré comme le numéro deux du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, interface sahélienne liée à Al-Qaïda, a pu être localisé grâce a la contribution des services marocains dans le cadre d’une opération qui a duré plusieurs mois, et a été neutralisé par les forces françaises au Mali au début du mois d’octobre 2019.

Ces actions, menées généralement avec des services partenaires, visent l’élimination des dangers imminents, la stabilisation du voisinage immédiat sur notre continent, la consolidation de sa sécurité et la promotion du bien-être et du développement durable en Afrique. C’est dans ce contexte que le Maroc et l’ONU ont signé un accord de siège pour l’établissement au Maroc du Bureau Programme pour la lutte contre le terrorisme et la Formation en Afrique de l’UNOCT (Bureau des Nations-Unies de lutte contre le terrorisme).

À l’échelle internationale, la DGDT a joué un rôle prépondérant dans la localisation des auteurs des attentats du 11 mars 2004 à Madrid, qui ont fait 162 morts et plus de 1.800 blessés. Les services de renseignement marocains ont également contribué au démantèlement d’un réseau criminel en Belgique, dans la foulée du réseau transnational de Belliraj, en décembre 2008, par la DGST, sur fond d’arrestation de plus de trente personnes comptant des liens avec Al-Qaïda, en plus de la saisie d’armes, dont des kalachnikovs et des pistolets mitrailleurs à Casablanca et Nador.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger