LUTTE CONTRE LES PARIS ILLÉGAUX

Depuis Rabat, la communauté de Macolin se mobilise

Sous la thématique “Préserver l’intégrité du sport en luttant contre les paris illégaux”, s’est tenue, mardi 7 novembre 2023 à Rabat, une conférence de la Communauté de Macolin avec le soutien de la Marocaine des jeux et des sports (MDJS).


Dans le hall du majestueux hôtel Sofitel Jardins des roses de Rabat, Sophie Kwasny est entourée d’un essaim de caméra, le visage confronté à une myriade de micros tendus par les journalistes. Ce beau matin du mardi 7 novembre 2023, dans un cadre parfait, la cheffe de la division sport et secrétaire exécutive de l’Accord partiel élargi sur le sport (APES) explique aux médias l’objet de la conférence de la communauté de Macolin, organisée avec le soutien de la Marocaine des jeux et des sports (MDJS). “Nous sommes aujourd’hui à Rabat pour préserver l’intégrité du sport en luttant contre les paris sportifs illégaux. Cette conférence vise à regrouper de nombreux pays qui combattent les manipulations des compétitions sportives” déclare-t-elle, en s’impatientant de revoir le “Maroc rayonner sur les terrains de football”. Présence d’un parterre d’experts.

Dans une salle de conférence comble, en présence d’un parterre d’experts du monde du sport et d’hommes politiques, notamment le ministre de l’Education nationale, Chakib Benmoussa, l’événement a tenu toutes ses promesses, en termes d’organisation et de richesse des débats. La présence médiatique, massive et hétéroclite, donne la mesure de l’importance de cette manifestation, à l’heure ou le Maroc s’apprête à organiser des compétitions sportives majeures, notamment la Coupe d’Afrique des Nations 2025 (CAN) et la Coupe du monde 2030 en compagnie de l’Espagne et du Portugal. La “convention de Macolin” est un traité multilatéral mis en oeuvre par le Conseil de l’Europe avec pour objectif de prévenir, détecter et sanctionner la manipulation des compétitions sportives.


Cette convention a été signée par le Maroc et plus de 33 pays européens. Elle a été signée le 20 septembre 2012 au siège du Conseil de l’Europe à Strasbourg, par M. Benmoussa lui-même, alors ambassadeur du Maroc en France, et le secrétaire général adjoint du Conseil de l’Europe, Bjorn Berge. Premier et unique pays africain à avoir signé cette convention, le Maroc conforte ainsi sa position de leader en matière de préservation de l’intégrité du sport et de lutte contre la criminalité organisée et le blanchiment. Société anonyme détenue par le Trésor public à 90% et la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) à 10%, la MDJS, en tant que loterie d’Etat détenant le monopole de l’organisation et de l’exploitation sur toute l’étendue du territoire national des paris portant sur toutes les compétitions sportives, a de fait pour mission d’assurer l’intégrité, la sécurité et la fiabilité des opérations de jeux contrôlé par l’autorité publique et à on en encadrer la consommation.

Le marché illégal des paris sportifs
Bien qu’Il n’y ait pas de moyens pour mesurer le marché illégal des paris sportifs au Maroc, en raison du manque de transparence de ses acteurs, le chargé de mission auprès de la direction générale de la MDJS, Khalid Naili, estime que l’on perd à peu près 50% du poids du marché, qui s’évaderait dans les mains de ses opérateurs illégaux. Parmi les mesures phares de la convention de Macolin, on peut citer la fermeture ou la restriction de l’accès aux opérateurs de paris sportifs illégaux, le blocage des flux financiers entre les opérateurs de paris sportifs illégaux et les consommateurs, l’interdiction de la publicité ainsi que la sensibilisation des aux risques associés aux paris sportifs illégaux.

Cette conférence a été organisée en marge de la tenue, à Rabat, les 8 et 9 novembre 2023, de la cinquième réunion du groupe de Copenhague, notamment le groupe consultatif du comité de suivi de la convention de Macolin. Quant à la communauté de Macolin, elle représente un réseau virtuel reliant tous les acteurs qui soutiennent les objectifs et les principes de la convention, dont les principaux acteurs sont les autorités publiques, les parties prenantes du monde sportif, les organismes d’application de la loi, la magistrature et l’industrie des paris sportifs. Pour Nicolas Sayde, coordinateur de la division sport et intégrité du Conseil de l’Europe, le Maroc est “un pays visionnaire” et “c’est pour cela que l’on travaille ensemble”. Il ajoute que “le Maroc est un partenaire privilégié” avec lequel le Conseil de l’Europe coopère pleinement, sur cette thématique comme sur les autres sujets d’intérêt commun.

Articles similaires