BP swipe-970x250

Le département de Mehdi Bensaïd met en demeure le groupe Adidas

APPROPRIATION DU ZELLIGE MAROCAIN POUR LA CONFECTION DES MAILLOTS DES FOOTBALLEURS ALGÉRIENS

Après le couscous, le caftan, l’architecture … c’est au tour du zellige marocain. La junte militaire algérienne ne se contente pas de manigancer contre l’intégrité territoriale du Royaume. Elle tente, aussi, de lui subtiliser une partie de sa culture ancestrale.

En Algérie, on tolère les affaires de corruption, de malversations et de fausses informations mais aussi d’appropriation culturelle tant qu’il s’agit du Maroc. Le pire, c’est qu’on en fait un point d’honneur. Quelques jours après que la Fédération algérienne de football (FAF) ait dévoilé le nouveau maillot d’entraînement de l’équipe nationale confectionné par Adidas, de nombreux internautes marocains sont montés au créneau pour dénoncer une appropriation d’un art hérité des dynasties qui se sont succédé au Maroc, à savoir le zellige marocain.

Jetant de l’huile sur le feu, la firme allemande a expliqué sur son compte Twitter que le maillot est «inspiré par la culture et l’histoire» de l’Algérie. Officiellement, le gouvernement marocain, par le truchement du ministère de Jeunesse, de la Culture et de la Communication, dirigé par Mehdi Bensaïd, a mandaté Me Mourad Elajouti pour adresser, mercredi 28 septembre 2022, une mise en demeure à Adidas. «La page Twitter de la société Adidas Mena a publié en date du 23 septembre 2022, une photo du nouveau maillot de l’équipe d’Algérie de football, en prétendant que la conception de ce nouveau maillot s’inspire des motifs présents dans “le palais de Mechouar de Tlemcen”.

Le ministère de la Culture marocain dont je défends les intérêts, m’a transmis des éléments dont il ressort que les motifs utilisés dans ce nouveau design comportent des représentations de l’art du Zellige Marocain, ce qui s’apparente à une tentative manifeste d’appropriation culturelle par le biais de votre marque», lit-on dans la mise en demeure transmise par voie d’un huissier de justice à l’attention du représentant légal du groupe Adidas.

Retrait du maillot
Me Mourad Elajouti souligne qu’il «s’agit d’un énième cas d’appropriation culturelle, qui consiste à s’emparer d’une expression culturelle traditionnelle, pour l’adapter à une autre culture dans un contexte différent, sans autorisation ni mention de la source». Ainsi, le Maroc, met en garde l’avocat, demande le retrait du maillot «dans un délai de 15 jours» ou «de prévoir une communication adéquate qui met en évidence que ces motifs utilisés pour la conception de ces maillots sont d’inspiration marocaine». Cette affaire en rappelle une autre, voire beaucoup même.

Mardi 19 avril 2022, Air Algérie met fin aux fonctions de sa directrice du marketing, Nahla Ben Belkacem, bouc-émissaire d’un grand scandale. «Fière de son passé riche et diversifié, avec ses monuments historiques marocains et espagnols, et sa touche andalouse, Tlemcen, la ville de l’art et de l’histoire est surnommée la perle du Maghreb». Bref, la publication a été retirée, après des réactions virulentes d’internautes algériens et marocains sur les réseaux sociaux avant d’enlever toute référence au Maroc. Après le couscous, le caftan, l’architecture… C’est au tour du zellige marocain. La junte militaire algérienne ne se contente pas de manigancer contre l’intégrité territoriale du Royaume. Elle tente, aussi, de lui subtiliser une partie de sa culture ancestrale.

Articles similaires