La démolition du café maure de rabat révolte la toile

Faut-il raser pour réhabiliter?

Une nouvelle perte patrimoniale est enregistrée à Rabat après la démolition du mythique Café maure, situé dans la Kasbah des Oudayas, donnant sur le Bouregreg. Rasé pour être réhabilité? L’explication de certains médias ne tient pas la route.

Malgré les associations de protection et de préservation du patrimoine architectural du Maroc, les scandales de destruction de l’héritage culturel continuent sous le regard inquiet des citoyens. Un mois après la démolition de la villa Mauvillier à Casablanca, Rabat assiste à celle du Café maure, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2012.

Selon plusieurs médias, le site sera reconstruit à l’identique avec quelques améliorations tout en préservant son aspect andalou, qui se distingue par ses zelliges vert et blanc et ses encorbellements en bois de cèdre. Les travaux du projet entreraient dans les programmes de réhabilitation de l’ancienne médina de Rabat, qui auraient mobilisé 625 millions de dirhams. Contacté par Maroc Hebdo afin de déceler le vrai du faux, le président de l’association Rabat-Salé Mémoire, Fikri Benabdallah, a refusé de se prononcer sur l’affaire avant de recevoir tous les éléments essentiels du dossier. Le militant pour la sauvegarde du patrimoine a assuré que l’association communiquera en détails sur cette affaire dans les jours à venir.

En attendant l’explication détaillée de Rabat-Salé Mémoire, tout le monde se demande si la réhabilitation d’un monument nécessitait sa démolition au complet? Comment le Café maure de Rabat pourrat- il préserver son histoire et sa valeur patrimoniale s’il est complètement supprimé et reconstruit à nouveau? Des questions qui turlupinent plusieurs internautes, et ces derniers appellent à faire cesser ces attaques contre le patrimoine matériel de notre pays.

En tous cas le Café maure de la Casbah des Oudayas n’est plus. Remplacé ou reproduit, ce vestige historique ne sera plus le même. Ce site historique, qui était l’une des attractions incontournables de la capitale, souffrait déjà des travaux sur le Bouregreg et de la réalisation des bâtiments bétonnés de Bab El Bahr, qui nuisaient considérablement à la beauté du panorama du café mythique. Aujourd’hui les Rbatis déplorent la perte de cet endroit sur les réseaux sociaux, et ne croient aucunement à l’histoire de cette réhabilitation qui commence par une démolition.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger