VERS UN DÉCONFINEMENT PROGRESSIF

UNE FEUILLE DE ROUTE DE LEVÉE DU CONFINEMENT FUITÉE

Il ressort d’un document du ministère de la Santé ayant fuité sur les réseaux sociaux que le Maroc devrait procéder, à partir du 20 mai, à une levée progressive du déconfinement.

D’emblée, Mohammed Youbi reconnaît sa paternité de la feuille de route de levée de confinement se partageant actuellement sur les réseaux sociaux et que les médias nationaux reprennent dans de nombreux articles. “Ce document n’avait pas vocation à être rendu public,” regrette le directeur de l’épidémiologie et de lutte contre la maladie, joint par nos soins au téléphone.

“Je m’en étais servi au cours d’une réunion interne que nous avions eue au ministère [de la Santé] pour mettre au fait nos équipes des dernières évolutions sur le terrain et de la marche que nous nous devons de suivre au cours des prochaines semaines pour maintenir notre contrôle de la pandémie de Covid-19, et d’ailleurs il comporte de nombreux points d’améliorations. Ce n’est pas un version définitive”. Soit. Mais assurément que ce que l’on y trouve est déjà beaucoup.

Le déconfinement que s’apprête à opérer le Maroc à partir du 20 mai 2020, date de fin de l’état d’urgence sanitaire proclamé le 20 mars dernier par le gouvernement, pourrait ainsi ressembler trait pour trait à ce que l’on y décrit, même si M. Youbi préfère rester évasif à ce sujet, car ce n’est officiellement que les 18 et 19 mai prochain qu’on doit savoir comment les choses doivent exactement se goupiller: le chef de l’Exécutif, Saâd Eddine El Othmani, doit alors enfin lever le voile sur la stratégie finalement adoptée par les autorités marocaines au parlement.

Possible prolongement
La feuille de route plaide, à cet égard, pour une levée du confinement progressive, étant donné que le confinement strict jusqu’à l’extinction de nouveaux cas est jugé “impossible” -le document cite en amont les considérations socioéconomiques mais aussi celles sanitaires, notamment en ce qui s’agit de prise en charge des autres morbidités et du risque d’apparition ou d’aggravation de nouvelles morbidités-, et, par ailleurs, une fin brutale du confinement peut conduire, toujours selon le document, à une deuxième vague susceptible d’être encore plus mortelle que la première.

Sur la base d’un benchmark comparant les stratégies mises en place au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Corée du Sud et en Espagne, M. Youbi s’est prononcé, de fait, pour un déconfinement par secteurs et par régions, lesquelles pourraient ne pas faire l’objet d’un traitement analogue à partir notamment de leur situation épidémiologique et de leur capacité à prendre en charge d’éventuels nouveaux cas. Les personnes vulnérables, spécialement les plus âgées, pourraient, elles, carrément se voir obligées de rester confinées.

Enfin, l’alpha et l’omega sur lequel le gouvernement devrait baser toute mesure d’assouplissement supplémentaire ou de durcissement du confinement serait le R0, c’est-à-dire le nombre de personnes susceptibles d’être contaminées par un porteur du SARS-CoV-2, le virus du Covid-19, lequel nombre ou taux devrait être inférieur à 0,7. “La sortie de confinement doit s’inscrire dans la stratégie de contrôle de l’épidémie jusqu’alors adoptée.

L’objectif de contrôler l’épidémie devra rester de mise,” souligne, à ce propos, la feuille de route. Une position reprise par le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, dans son interview diffusée sur la chaîne Al-Aoula le 8 mai. Ce dernier a même sous-entendu, en réponse à une question de notre confrère Mohamed Reda Laâbidi, que si cet “objectif de contrôler” n’était pas assuré, le confinement pourrait facilement être reprolongé au-delà du 20 mai. Effarant...

Articles similaires