À QUAND LE DÉCONFINEMENT DE NOS CRINIÈRES?

SALONS DE COIFFURE

Après deux mois et demi de confinement, et presque trois mois de fermeture de tous les salons de coiffure, les Marocains ne semblent plus supporter leur “style sauvage”. Coupe de hippies, barbes qui débordent, racines décolorées… les coiffeurs n’ont jamais été aussi indispensables.

Dans le cadre des mesures prises par le Maroc pour endiguer la propagation du Covid-19, tous les salons du Royaume ont baissé leurs rideaux. Une situation qui dure depuis trois mois et qui se heurte au silence total des autorités concernant une éventuelle réouverture.

Sur les réseaux sociaux, les tons montent, gérants de salons ou clients, tous veulent savoir quand et comment se déroulera la reprise des activités dans les instituts de beauté. Mis à part le côté esthétique des Marocains, invoqué de façon décalée, les coiffeurs crient leur détresse et veulent comprendre ce qu’il adviendra de leur gagne-pain. “Nous avons mis en place toutes les dispositions de protection requises par les autorités. Nous avons déjà installé des cloisons de plexiglas pour le respect de la distanciation de deux mètres, nous avons acheté des visières, des lunettes, des masques, des gants et des produits désinfectants, et nous avons également installé un système de travail uniquement sur rendez-vous.… Nous nous sommes préparés à tout, avec la promesse de reprendre les activités au lendemain de l’Aïd. Il n’y a toujours rien et aucune visibilité!”, nous déclare la propriétaire d’un institut de beauté à Casablanca.

À l’instar des cafés, restaurants, hammams, ou tout autre métier ayant subi l’arrêt total de ses activités, les propriétaires des instituts de coiffure et d’esthétique déclarent une baisse ou absence totale des revenus. Les coiffeurs, quant à eux, souffrent du chômage et de l’absence de toute visibilité.

Des précautions nécessaires
Avec la reprise des activités professionnelles dans plusieurs entreprises du Maroc, ce mardi 26 mai 2020, les têtes décoiffées, tolérées en période de confinement, ont du mal à passer maintenant.

À la veille de Aïd Al-Fitr célébré le dimanche 24 mai au Maroc, plusieurs Marocaines se sont ruées sur les téléphones des coiffeurs, espérant réserver un rendez-vous avant la reprise. “Je n’en pouvais plus de mes racines grises et de ma coupe faite maison et complètement ratée. Je devais me rendre au bureau mardi et je ne supportais pas l’idée de revoir mes collègues dans cet état.

Mon coiffeur a rouvert pour un bref moment lundi 25 mai, avant que Lamqadem ne lui ordonne une fermeture immédiate. Pourtant ils avaient l’autorisation de rouvrir à cette date!”, s’étonne une cadre, âgée de 50 ans. Il est néanmoins important de rappeler que les salons de coiffure et d’esthétique et hammams peuvent facilement être un nid de bactéries et de propagation du Covid-19, bien sûr. En cas d’ouverture, ces instituts n’ont pas droit à l’erreur.

Dans le Missouri, aux USA, plusieurs coiffeurs qui ont continué à travailler avec des symptômes s’apparentant à ceux du Covid-19 ont potentiellement exposé des centaines de clients au Coronavirus. Cette actualité qui fait la Une des médias nous expose à la nécessité de la mise en place d’un plan minutieux avant la réouverture de ces centres dans notre pays.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger