Les points saillants des discussions de David Malpass, président de la Banque mondiale, avec les responsables marocains

Endettement, réformes...

Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, est au Maroc. Ce mercredi 23 mars 2022, il a fait escale à Casablanca avant de se rendre à Rabat le jeudi 24 mars. C’est le premier voyage de David Malpass au Maroc en tant que président du Groupe de la Banque mondiale. David Malpass est accompagné de Ferid Belhaj, vice-président de la Banque mondiale pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, de Jesko Hentschel, directeur pays pour le Maghreb et Malte à la Banque mondiale, et de Xavier Reille, directeur de la Société financière internationale (IFC) pour le Maghreb.

La conjoncture économique nationale et le contexte géopolitique international justifient cette visite. L’institution de Bretton Woods est l’un des grands bailleurs de fonds internationaux du Royaume. L’impact de la guerre en Ukraine et les répercussions de la crise sanitaire de la pandémie du Covid sur l’économie nationale feront, à coup sûr, partie de l’ordre du jour de M. Malpass avec les responsables marocains, notamment les ministres des Finances et du Budget et le Gouverneur de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri.

La visite est aussi l’occasion pour cette institution financière de parler des réformes exigées du Royaume en contrepartie des engagements financiers de la Banque mondiale. «Le Royaume du Maroc est un partenaire de longue date du Groupe de la Banque mondiale, et nous sommes ravis de soutenir ses initiatives dans l’implémentation de réformes de développement substantielles», a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale.

Le portefeuille actif de la Banque mondiale au Maroc comprend 20 projets de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) pour un total de 5,2 milliards de dollars. Au cours de la dernière année fiscale, la Banque mondiale a engagé un montant global record de 1,8 milliard de dollars, faisant du Maroc l'un des plus importants bénéficiaires. Au cours de l'année civile 2021, la Société financière internationale a investi 447 millions de dollars au Maroc.

«Les efforts déployés par le Royaume pour de meilleurs résultats en matière de développement dans toute la région sont louables, et je me réjouis à l'idée que le pays accueille, l'année prochaine, les Assemblées annuelles 2023 du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international», a souligné M. Malpass. C’est dire aussi que le patron de la Banque mondiale discutera avec les officiels marocains de la question de l’endettement public, qui a atteint des niveaux inquiétants. Ce qui pose la question de la dépendance du Maroc quant au choix des réformes engagées et notamment dans les secteurs sociaux.