Sous le feu des critiques, Chakib Alj promet des changements


La CGEM et son président, Chakib Alj, sont au coeur d’une polémique autour de la composition de ses nouvelles instances. Plusieurs noms cooptés dont des membres de sa famille et proches des ministres ont suscité l’indignation des médias et sur les réseaux sociaux. Chakib Alj a réagi à la polémique en annonçant que des changements seront opérés si nécessaires.

Alors que sa réélection récente à la tête de la CGEM devrait garantir aux entreprises une certaine continuité économique sans trop de bruit pour faire face aux défis posés par la conjoncture difficile, Chakib Alj se retrouve, depuis quelques temps, probablement malgré lui, au coeur d’une grosse polémique liée à la nomination de nouveaux membres des nouvelles instances de l’organisation patronale. Une composition qui n’est pas passée inaperçue et qui a suscité une vague d’indignation dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Si Chakib Alj s’est entouré d’anciens noms dans la confédération, reconnus pour leur compétence et leur expérience dans la gouvernance économique, il n’en demeure pas moins que certains noms cooptés affichent des liens familiaux flagrants avec le patron ou certains membres influents de la confédération. C’est le cas notamment de Sophia Alj, la nièce de Chakib Alj et épouse de Ismael Belkhayat, luimême frère de Moncef Belkhayat, ancien ministre des sports et patron du groupe Dislog. Sophia Alj et son époux sont les créateurs de la plateforme électronique, Chari.ma, spécialisée dans la vente en ligne des produits alimentaires au profit des épiceries.


Il y a aussi Mehdi Alj, le fils de Said Alj, membre influent de la CGEM et patron de la holding Sanam. Mehdi Alj remplace son père dans le conseil d’administration. Les nouvelles instances de la CGEM comptent d’autres noms proches de ministres et d’anciens ministres. Il s’agit notamment de Chadia Jazouli, soeur de Mohcine de Jazouli, actuel ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, en charge de l’investissement et les politiques publiques. Chadia Jazouli se voit confier la commission éthique et gouvernance au sein de la CGEM. Outre la soeur de Mohcine Jazouli, il y a aussi son associée dans le cabinet Valyans, Saadia Slaoui Bennani, qui a été nommée vice-présidente.

Éthique et gouvernance
Il y a aussi des proches du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch. Comme Abir Lamssefer qui fut son ancienne chef de cabinet à l’époque où il fut ministre de l’agriculture et de la pêche maritime. Abir Lamssefer et sa cousine germaine, Ouns Lamssefer, avocate au cabinet Clifford, ont fait leur entrée au conseil d’administration. On retrouve également des proches de l’ancien ministre de commerce et de l’industrie et ex-patron de la CGEM, Moulay Hafid Elalamy. Comme son neveu, Moulay Abdelaziz Elalamy, qui officie au sein de Saham Management Company, en tant que chargé de mission.

Le vice-président de la CGEM, Mehdi Tazi a également coopté sa soeur, Soumaya Tazi, qui a créé son propre cabinet en conseil immobilier, Arkhé Real Estate. Encerclé par les critiques, Chakib Alj a fini par réagir, via le média électronique, Médias24, auquel il a annoncé son intention d’opérer des changements si nécessaires. Une réaction qui pourrait probablement être suivie par des actes si la pression continue de peser sur lui. Sinon, les changements sont toujours difficiles à opérer.

Articles similaires