Crise des sous-marins: Vers un apaisement des relations franco-américaines

L’Australie a rompu, sans avertissement, le contrat portant sur l’achat de douze sous-marins français. Parallèlement, elle avait annoncé l’acquisition d’au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire américains ou britanniques.

S’achemine-t-on vers un apaisement des relations diplomatiques franco-américaines? Six jours après le début de la crise des sous-marins, le président américain, Joe Biden, et son homologue français, Emmanuel Macron, ont annoncé, mercredi 22 septembre 2021, des «engagements pour rétablir une confiance durement éprouvée», le président américain espérant désormais un «retour à la normale».

Rappelons que cette crise a été déclenchée lorsque l’Australie a rompu sans avertissement le contrat portant sur l’achat de douze sous-marins français à propulsion conventionnelle pour une valeur de 55 milliards d’euros. Parallèlement à cette rupture de contrat, l’Australie avait annoncé l’acquisition d’au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire américains ou britanniques, après des mois de négociations secrètes, ce qui avait suscité la colère de Paris.

Sollicité par Washington, l’entretien téléphonique entre les deux présidents était très attendu. Le dirigeant américain a semblé reconnaître un défaut de dialogue avec son plus vieil allié, selon une déclaration commune publiée par l’Elysée et la Maison Blanche. Les deux hommes sont convenus que «des consultations ouvertes entre alliés auraient permis d’éviter cette situation», dit le communiqué.

Grave crise diplomatique
Lors de l’échange, qui a duré environ trente minutes selon la Maison Blanche, Emmanuel Macron et Joe Biden ont tenté de trouver une issue à la crise diplomatique la plus grave entre les Etats-Unis et la France depuis le «non» français à la guerre d’Irak en 2003. «Le ton de la conversation était amical et Joe Biden espère que cet entretien marquait une étape vers un retour à la normale entre les deux alliés», a dit la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, lors d’un pointpresse.

Emmanuel Macron et Joe Biden ont décidé de se retrouver à la fin du mois d’octobre 2021 en Europe, où le président américain est attendu pour participer au G20 à Rome les 30 et 31, puis à la COP26 début novembre à Glasgow, en Ecosse. D’ici là, ils lanceront «un processus de consultations approfondies visant à mettre en place les conditions garantissant la confiance».

Pour ce faire, Emmanuel Macron a décidé que l’ambassadeur de France aux Etats-Unis, Philippe Etienne, retournerait à Washington la semaine prochaine. Paris avait annoncé, vendredi 17 septembre 2021, le rappel de ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie, une décision sans précédent, pour protester contre l’annonce d’un partenariat stratégique entre ces deux pays et le Royaume-Uni dans la région indo-pacifique, qui a torpillé un mégacontrat de sous-marins français à Canberra. L’industriel français Naval Group a fait savoir qu’il enverrait «dans quelques semaines» à l’Australie la facture pour cette rupture de contrat.

Par ailleurs, le Premier ministre australien, Scott Morrison, a reconnu, mercredi 22 septembre 2021, que le président français lui menait la vie dure après la rupture d’un contrat de sous-marins, mais il promet d’être «patient» pour restaurer les relations avec la France. S’exprimant à Washington dans la soirée, M. Morrison a expliqué qu’il avait tenté de joindre M. Macron mais que l’entretien n’avait pas encore eu lieu.

«L’Australie a décidé de ne pas donner suite à un contrat de défense très important. Et nous savons que la France est déçue de cette décision, ce qui est compréhensible. Je pense qu’il va falloir plus de temps pour résoudre ces questions», a déclaré M. Morrison.