Crise agricole en Europe : Les exportations agricoles marocaines attaquées par les autorités françaises

Le premier ministre français, Gabriel Attal, s’est attaqué aux exportations agricoles marocaines en Europe, les accusant notamment de ne pas respecter les exigences phytosanitaires qui s’appliquent aux agriculteurs européens.


L’Europe est en pleine crise agricole. Les agriculteurs européens dont principalement les français et les espagnols conduisent des mouvements de protestation sans précédent, qui ont paralysé la vie sociale dans ces pays. Le tout jeune et fraichement nommé premier ministre français, Gabriel Attal, qui a positivement réagi en annonçant plusieurs mesures pour calmer la colère des agriculteurs français, est sorti récemment dans des déclarations médiatiques pour s’attaquer aux exportations agricoles marocaines accusées, selon lui, de provoquer une «concurrence déloyale» aux produits agricoles français. Il affirme notamment que les produits marocains ne respectent pas les exigences phytosanitaires européennes qui s’appliquent notamment aux produits français.

En clair, les fruits et légumes marocains exportés vers l’Europe contiendraient des taux de pesticides élevés comparativement aux produits européens. Une accusation gratuite sachant que les agriculteurs marocains concernés sont tenus de travailler dans le cadre de l’accord agricole liant le Maroc et l’Union européenne, qui stipule un certain nombre d’exigences phytosanitaires pour pouvoir prétendre à l’exportation. «Avec l’argent de l’Union Européenne, on renforce les agriculteurs marocains qui n’ont aucune exigence», avait notamment avancé le premier ministre français.


Pour beaucoup, les attaques lancées par ce dernier à l’encontre des exportations agricoles marocaines relèvent plus de sa tentative désespérée de monter dans l’estime des agriculteurs de son pays. Le hic, c’est que les agriculteurs espagnols, connus pour leur hostilité historique contre les produits marocains, se sont joints aux attaques des autorités françaises pour dénoncer une filière agricole marocaine surprotégée et qui serait, à leurs yeux, à l’origine de la principale crise de l’agriculture européenne.

Manifestations des agriculteurs
Concernant l’usage des produits phytosanitaires au niveau européen, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé, mardi 6 février 2024, le retrait d’un texte de loi visant une diminution de moitié de l’usage des pesticides d’ici à 2030 dans l’UE, un projet fustigé lors des récentes manifestations des agriculteurs. Ce projet de règlement est devenu un symbole de polarisation, a notamment justifié Mme von der Leyen face au Parlement européen, rassemblé en plénière à Strasbourg, affirmant qu’elle va proposer au collège des commissaires européens de retirer ce texte.

«Pour avancer, davantage de dialogue et une approche différente sont nécessaires. La Commission pourrait faire une nouvelle proposition beaucoup plus mûre, avec la participation des parties prenantes», a déclaré Mme von der Leyen, sans avancer de date.

Articles similaires