La junte militaire algérienne bloque toutes les démarches de rapatriement du corps

Le cri de détresse de la famille d’Abdelali Mchiouer


Plus de deux mois après le drame survenu dans la nuit du 29 août 2023, au large de la station balnéaire de Saïdia, la famille d’Abdelali Mchiouer ne parvient toujours pas à faire son deuil, en rapatriant et inhumant la dépouille du défunt qui se trouve au niveau de la wilaya de Tlemcen. Alger insiste à bloquer les démarches du rapatriement du corps.


De multiples démarches auprès de l’ambassadeur d’Algérie à Paris, du ministère de l’Intérieur et du président algérien Abdelmadjid Tebboune lui-même sont demeurées infructueuses. “Le dossier n’a pas évolué. J’ai demandé à être reçu par l’ambassadeur algérien en France. Je me suis déplacé à l’ambassade. On m’a promis de me recontacter et on ne l’a jamais fait. Un confrère algérien s’est rendu aux ministère de la justice et de l’Intérieur algérien à Tlemcen.

En vain”, s’est indigné l’avocat des familles des victimes, Me Hakim Chergui. Toutes les démarches, même celles entreprises par le consul général à Alger, n’ont pas abouti. Pour rappel, deux franco-marocains ont été tués de sang-froid par les gardes côtés algériens après que leur groupe se soit perdu en mer en jet-ski. En plus d’Abdelali Mchiouer, 40 ans, père de cinq enfants, Bilal Kissi, âgé de 29 ans et père de deux enfants, a été également assassiné lors de cette mésaventure.

Articles similaires